Sortir le pays de la crise économique, mission du nouveau gouvernement croate

Sortir le pays de la crise économique, mission du nouveau gouvernement croate

281
0
PARTAGER

« La Croatie n’est pas en proie au chaos (…) mais dans une situation (économique) dangereuse », a déclaré le nouveau Premier ministre croate, Zoran Milanovic, dans un discours devant le parlement, avant le vote d’investiture.
« Mais dans cette crise, qui est sérieuse, nous avons la chance de nous redresser. La crise est toujours un péril, mais elle porte aussi un élément de chance. Nous voulons que ça devienne une chance », a ajouté M. Milanovic.
Le dirigeant du Parti social-démocrate (SDP) et leader de la coalition de centre-gauche qui a remporté les législatives du 4 décembre s’est engagé à réduire les dépenses publiques et à faire rapidement adopter un budget d’austérité.
« La Croatie ne peut plus fonctionner comme ça. Nous ne pouvons pas dépenser l’argent que nous n’avons pas gagné », a-t-il poursuivi en s’engageant à réduire les dépenses publiques et à consolider le budget.
La dette extérieure de la Croatie était en juin de 47,2 milliards d’euros, soit 102% du produit intérieur brut (PIB), selon les statistiques officielles.
La récession économique qui frappait la Croatie depuis début 2009 s’est interrompue à la mi-2011, mais la Banque nationale table tout au plus sur une légère croissance d’environ 0,5% en 2011. Le taux de chômage était en novembre de 17,9%.
Cette légère croissance est due notamment aux recettes touristiques, qui représentent entre 15% et 20% du PIB.
La Banque mondiale (BM) a prévenu à la mi-décembre que l’économie croate pourrait de nouveau basculer dans la récession, prévoyant un recul du PIB d’environ 1% en 2012. La BM prévoit, par ailleurs, un déficit budgétaire de 6,2% du PIB en 2011.
La coalition du Premier ministre Milanovic a remporté 80 des 151 sièges du nouveau Parlement. Elle a battu aux législatives le parti conservateur affaibli par une série d’affaires de corruption, qui dispose de 47 sièges.
Le nouveau gouvernement aura aussi pour mission d’organiser un référendum sur l’adhésion de la Croatie à l’UE, prévue pour juillet 2013.
La Parlement devrait voter dans la journée pour valider la date de 22 janvier pour ce référendum, date avancée récemment par le président croate Ivo Josipovic.
La Croatie a signé le 9 décembre le traité d’adhésion à l’UE, qui lui permettra de devenir le 28e Etat membre, une fois le document approuvé par référendum par les Croates et ratifié par les 27 Etats membres.
Quelque 60% des Croates entendent voter au référendum en faveur de cette adhésion, selon les derniers sondages.
Mais une organisation non-gouvernementale, GONG, qui supervise les processus électoraux dans le pays, a appelé à reporter la tenue du référendum, affirmant que les citoyens n’étaient pas suffisamment informés des effets de l’intégration de leur pays dans l’UE.
Après la Slovénie en 2004, la Croatie sera la deuxième des six anciennes républiques yougoslaves à adhérer à l’UE, une perspective promise à l’ensemble des pays des Balkans occidentaux.

 

 

AFP________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires