PARTAGER

Alors qu’ils s’apprêtent à partir en vacances pour certains et définitivement pour d’autres qui ne se représenteront plus aux élections législatives, il est l’heure de tirer le bilan de la vie parlementaire sous l’ère du gouvernement de Abdelikah Benkirane.

Ce bilan restera en demie-teinte et ne laissera pas de souvenirs inoubliables et les élus sur leur faim. La production des textes de loi a été peu consistante et le retard dans l’adoption de certains textes majeurs est dans les esprits. Mais ce qui restera gravé malheureusement dans les mémoires, ce sont les apparitions très attendues et toujours très suivies du chef du gouvernement pour le côté « show » du chef du gouvernement et ses prises de bec avec les élus. Certains de ces derniers garderont également la part belle dans leurs apparitions anecdotiques alors que les couloirs du parlement bruissent encore des éclats d’une violente bagarre entre deux députés, de la présence d’un parlementaire totalement ivre et l’expulsion d’une journaliste dont la jupe n’avait pas plus à un ministre islamiste qui, lui-même a été exclu du gouvernement pour avoir entretenu une relation avec une collègue du même parti qu’il prendra plus tard pour deuxième femme.

Enfin, la tâche noire du parlement restera indélébile avec le taux encore plus élevé d’absentéisme, normal diront certains, puisque les ministres eux-mêmes n’ont pas fait preuve d’une grande assiduité dans les deux chambres.

Par Jalil Nouri

Commentaires