PARTAGER
Le gouvernement des États-Unis n’a pas tardé à réagir face à la polémique née des propos anti-marocains du numéro 1 de l’Onu, le coréen Ban Ki Moun qui a traité le royaume d’occupant de ses provinces du Sahara alors que son organisation a toujours fait part de sa satisfaction de voir Rabat jouer un rôle constructif dans la recherche d’une solution du conflit qui l’oppose aux séparatistes du Polisario encouragés et financés par l’Algérie pour nuire aux intérêts marocains et l’isoler.
La condamnation des autorités américaines est ferme et insiste sur la faute commise par le responsable onusien qui s’est départi de son devoir de neutralité que lui impose son statut rt qui fait courir de nouveau à la région, les risques d’une reprise des armes, réduisant à néant, toutes les avancées diplomatiques enregistrées jusqu’à présent en faveur d’une solution négociée et acceptable par toutes les parties, dont l’Onu serait le garant pour mettre fin à des dizaines d’années à une crise inutile et pénalisante pour toute la région du Maghreb. Washington qui s’en tient aux résolutions du Conseil de Sécurité appelle donc le secrétaire général à plus de retenue jusqu’à la fin de son mandat qui arrive à échéance dans quelques mois afin de faciliter la tâche à son successeur et ne pas entraver les efforts en cours de manière irrémédiable.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires