PARTAGER
Le mystère s’épaissit et reste entier suite à ces nombreux suicides ces derniers temps rapportés en plusieurs coins du pays avec un inquiétant point commun, celui de se produire devant les établissements scolaires et en plein jour de classe.
De plus, ces candidats au suicide ont également un autre point commun , celui d’avoir recours à des raticides pour mettre fin à leurs jours alors que rien ne présageait dans leur comportement un tel passage à un acte peu fréquent chez les jeunes.
Tout a commencé il y a deux mois avec un double suicide de deux jeunes filles âgées de quinze ans devant un établissement secondaire de la ville et qui fort heureusement ont été sauvées de justesse après leur admission à l’hôpital. L’on saura plus tard qu’il s’agissait d’un geste solidaire, l’une d’entre elle vivant de grands problèmes familiaux.
Dans les autres cas relevés, il s’agissait de problèmes psychologiques ou sentimentaux sans que l’on sache réellement comment ces jeunes tentent de se suicider avec une telle détermination et autant de facilité puisqu’ils ne bénéficient d’aucun suivi médical.
Pour l’instant le ministère de l’éducation nationale garde un silence coupable inquiétant attendant semble-t-il le pire pour réagir en se protégeant derrière le principe que tout ce qui se produit en dehors de l’enceinte de l’établissement ne relève pas de ses responsabilités.
Cette alerte ne doit pas rester sans réponse, faudrait-il peut-être envisager de la part des autorités un suivi concernant les situations difficiles des jeunes dans les écoles et pourquoi pas ne  pas faire appel à des assistantes sociales pour mieux encadrer la problématique des jeunes dans un but préventif ?

Commentaires