PARTAGER

L’aviation syrienne a bombardé samedi la ville de Douma, tenue par les rebelles près de Damas et certains secteurs d’Alep dans le nord du pays, faisant au total 23 morts, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).
Le cessez-le-feu entré en vigueur le 27 février dernier pour permettre des négociations de paix à Genève est de plus en plus mal respecté, chaque camp s’accusant mutuellement des violations de la trêve.

Les combats se sont intensifiés autour d’Alep, Idlib, Lattaquié, Damas et d’autres zones sur la semaine écoulée tandis que le principal groupe représentant l’opposition a décidé de suspendre sa participation aux pourparlers de paix.
L’OSDH précise que bilan des morts à Douma, pour l’instant de 13, risque de s’alourdir, une vingtaine de personnes ayant été blessées, pour certaines grièvement.

Des combats ont également été signalés près de Bala au sud-est de Damas entre rebelles et forces gouvernementales. Des morts sont à déplorer de part et d’autre, ajoute l’observatoire.
A Alep, au moins 10 personnes ont été tuées, dont un enfant, par des bombardements aériens sur un quartier de l’est de la ville contrôlé par les insurgés.
Il s’agit du deuxième jour de bombardements à Alep. Vendredi, 19 personnes ont été tués dans des frappes aériennes.

Dans un secteur du nord-ouest d’Alep tenu par le gouvernement, les bombardements rebelles ont blessé six personnes, a annoncé la télévision publique syrienne.
Vendredi, un avion de guerre syrien s’est écrasé au sud-est de Damas. L’armée a attribué le crash à un problème technique, mais l’Etat islamique a dit avoir abattu l’avion et avoir capturé son pilote.
Dans un communiqué publié samedi, l’organisation fondamentaliste sunnite déclare qu’il s’agit du troisième avion militaire syrien qu’elle abat en deux semaines, en plus d’un drone russe.

Commentaires