Syrie: le régime veut relancer le dialogue, l’opposition boycotte la réunion

Syrie: le régime veut relancer le dialogue, l’opposition boycotte la réunion

141
0
PARTAGER

Par ailleurs, les autorités syriennes ont convoqué les ambassadeurs américain et français afin de protester contre leur visite sans autorisation dans la ville rebelle de Hama, à 210 km au nord de Damas, a annoncé l’agence officielle Sana.

 

La réunion sur le dialogue national, qui doit durer deux jours, s’est ouverte dans la matinée, en présence du vice-président Farouk al-Chareh, et d’environ 200 autres personnes, des membres du parti Baas, au pouvoir depuis 1963, des indépendants ainsi que des représentants de la société civile (acteurs, écrivains et intellectuels).

M. Chareh a affirmé que cette rencontre visait à préparer une « réunion nationale globale pendant laquelle (sera annoncée) la transition de la Syrie vers un Etat multipartite, démocratique, où tous seront égaux et participeront à l’édification de l’avenir du pays ».
« Sans un système politique multipartite démocratique (…) notre société ne parviendra pas à la liberté et à la paix civile », a-t-il ajouté.

Les participants aux discussions doivent débattre d’amendements à la Constitution, en particulier de la possible suppression de la clause qui fait du parti Baas « le dirigeant de l’Etat et de la société ».

Dans un discours le 20 juin, le président Bachar al-Assad avait exhorté à un « dialogue national qui pourrait aboutir à des amendements à la Constitution ou à une nouvelle Constitution ».

M. Chareh a reconnu que le « dialogue commen(çait) dans un climat inconfortable, de suspicion » et que « beaucoup d’obstacles naturels ou artificiels (empêchaient) la transition » vers la démocratie.
Les opposants au régime ont en effet décidé de boycotter ces pourparlers. Ils réclament avant d’y participer « le retrait des forces syriennes des villes, la libération des prisonniers politiques et des manifestants pacifiques, ainsi qu’une enquête sur les crimes commis contre les manifestants ».
La répression du mouvement de contestation, qui a commencé le 15 mars, a coûté la vie à plus de 1.300 civils, selon des ONG.
Sur le terrain, les manifestants exigent de leur côté la chute du régime et des élections libres, refusant toute discussion avec les autorités.
« Il faut sortir de ce cercle vicieux (…) et organiser des manifestations sans autorisation préalable entraîne une violence injustifiée », a jugé M. Chareh.
« Il faut cependant reconnaître que sans les sacrifices consentis par le peuple syrien qui a versé son sang dans plus d’un gouvernorat, cette réunion n’aurait pas pu avoir lieu », a-t-il concédé.
Le vice-président a réitéré la volonté de réforme du régime, soulignant que « les circonstances ont empêché une application entière des lois récemment promulguées, comme celle qui a annulé l’état de d’urgence ».
Il a d’ailleurs annoncé la suppression d’ici à une semaine des « obstacles au retour de tout citoyen en Syrie, ou à un voyage à l’étranger ».
Au cours de la réunion, montrée en direct à la télévision publique, Tayyeb Tizini, un écrivain proche de l’opposition, a espéré son succès : « J’appelle cette réunion à être vraiment historique, en jetant les bases de l’Etat de droit qui a été violé jusqu’aux os ».
Pour autant, il a regretté le contexte de violences peu propice : « Les balles continuent à être tirées à Homs (centre) et à Hama, j’aurai souhaité que cela s’arrête avant la réunion. Cela était nécessaire ».
« Il aurait également fallu libérer les détenus qui sont des milliers et qui sont en prison depuis des années. Cela aurait été un cadeau au peuple et à la réunion », a-t-il jugé.
Pour lui, il est essentiel de « démanteler l’Etat de sécurité (allusion aux services de renseignement omniprésents dans la vie publique). C’est une condition sine qua non, car si nous voulons remédier ensemble aux problèmes, l’Etat sécuritaire sabotera tout ».
Accusant « l’extérieur » de vouloir saboter ses efforts, le régime a convoqué « les ambassadeurs américain et français » pour leur faire part de « sa vive condamnation de leur visite à Hama sans autorisation préalable », selon l’agence Sana.
« Leur visite prouve qu’il existe un soutien et un encouragement de l’extérieur pour déstabiliser le pays, au moment où un dialogue national, qui a pour objectif de bâtir l’avenir de la Syrie, vient d’être ouvert », a-t-elle ajouté, évoquant « une ingérence flagrante dans les affaires intérieures syriennes ».
Les ambassadeurs à Damas des Etats-Unis Robert Ford et de France Eric Chevallier se sont rendus séparément la semaine dernière à Hama, cité assiégée par l’armée, où des manifestations monstre contre le régime ont eu lieu.
« L’ambassadeur Ford voulait voir de ses propres yeux ce qui se passe sur le terrain. Le fait que les médias internationaux ne puissent pas couvrir librement (les événements) rend cela encore plus important », avait affirmé l’attaché de presse de l’ambassade des Etats-Unis.

AFP_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires