Syrie: nouvelles manifestations à Homs et à Alep

Syrie: nouvelles manifestations à Homs et à Alep

169
0
PARTAGER

Le président Assad devait promulguer mercredi la levée de l’état d’urgence dans le pays en proie à un mouvement de contestation du régime depuis plus d’un mois.

 

A Homs, les manifestants sont partis en cortège de la Mosquée al-Nour, scandant des slogans glorifiant les « martyrs » et appelant à la chute du régime, ont indiqué les militants à l’AFP.
« Nous disposons jusqu’à présent des noms de huit martyrs tués au sit-in. Une grève générale en signe de deuil est observée » dans la troisième ville de Syrie, a affirmé l’un d’eux, Najati Tayyara.
« Les blessés sont très nombreux et il y a aussi eu beaucoup de personnes arrêtées », selon lui.

Un autre militant, Nawar al-Omar, a affirmé que les services de sécurité étaient « en train de bloquer les accès des principaux quartiers de la ville en érigeant des barrages ».

Un militant des droits de l’Homme avait dans un premier temps fait état de quatre personnes tuées par balles à Homs mardi avant l’aube, lorsque les forces de sécurité avaient dispersé un sit-in de plusieurs milliers de personnes.

Le sit-in appelait au départ de M. Assad. « Sit-in jusqu’à la chute du régime », scandaient les manifestants selon des vidéos diffusées sur YouTube.

A Alep, deuxième ville de Syrie, des dizaines d’étudiants qui manifestaient pour la liberté ont été dispersés rapidement par les forces de l’ordre. Une manifestation en faveur du régime a eu lieu dans le même temps, ont affirmé des militants à l’AFP.

Le nombre d’agents des services de l’ordre était « plus important » que celui des manifestants, ont-t-ils précisé.

D’après un autre militant, quelque 37 étudiants ont été arrêtés et frappés à coups de bâtons par des partisans du régime.

Selon le journal al-Watan, proche des cercles du pouvoir, le président Bachar al-Assad devait promulguer mercredi le décret de levée de l’état d’urgence limitant drastiquement les libertés publiques.

La fin de l’état d’urgence, en vigueur depuis l’arrivée au pouvoir du parti Baas en mars 1963, est l’une des principales revendications du mouvement de contestation déclenché le 15 mars contre le régime, avec la libération des prisonniers politiques.

Le président Assad a promis samedi qu’il serait levé dans une semaine maximum.

AFP________________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires