Syrie: sanctions américaines et européennes, nouveaux morts

Syrie: sanctions américaines et européennes, nouveaux morts

171
0
PARTAGER

Les autorités ont déploré de leur côté la mort de neuf militaires et policiers.

 

En raison de « violations des droits de l’Homme », le président Obama a décidé des sanctions économiques contre le frère cadet du président syrien, Maher al-Assad, un haut responsable de l’armée syrienne, Ali Mamlouk, chef des services de renseignement et Atef Najib, présenté comme l’ancien chef du renseignement pour la province de Deraa (sud), a annoncé vendredi la Maison Blanche.

L’UE a l’intention de décréter un embargo sur les armes et de préparer d’autres sanctions contre le régime syrien en réponse à la répression sanglante, a-t-on appris vendredi de sources diplomatiques à Bruxelles.

Pour sa part, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a voté vendredi une résolution demandant l’envoi urgent d’une mission en Syrie pour enquêter sur les violations des droits de l’Homme.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme, basé à Londres, a fait état de 62 morts, dont 33 dans la province méridionale de Deraa, 27 dans celle d’Homs (centre) et deux à Lattaquié (nord-ouest) et dans ses environs.

Selon des militant locaux des droits de l’Homme, à Deraa, berceau de la contestation, au moins 35 personnes, venues des villages voisins apporter des vivres aux habitants à la ville assiégée depuis lundi, ont été tuées et des dizaines d’autres blessées par les forces de sécurité.
Vendredi dernier, la répression y avait fait plus de 80 morts.

Parallèlement, un porte-parole militaire a affirmé que cinq soldats ont été tués et deux autres dans deux attaques par des « groupes terroristes armés » à Deraa. Deux militaires qui avaient été enlevés à l’aube ont été « récupérés ».

En outre trois militaires ont également été tués dans les villages Telbissé et El Rustun, par des « groupes terroristes » qui tenaient de couper la route entre Homs et Hama.

A Homs, ville industrielle située à 160 km au nord de Damas, et ses environs, un militant local des droits de l’Homme a fait état de neuf personnes tuées par les forces de sécurité lors d’une manifestation de plusieurs milliers de personnes demandant la chute du régime.

Une source au ministère de l’Intérieur a annoncé pour sa part qu’un officier de police a été tué et deux de ses collègues blessés par balle par des « groupes terroristes extrémistes » à Homs. Dans un premier temps, elle avait fait état de trois tués.

Six semaines après le début du mouvement de contestation contre le régime du président Bachar al-Assad, quelques dizaines de milliers de personnes ont défilé dans plusieurs villes malgré l’interdiction.
Ainsi, 2.000 manifestants se sont rassemblés dans le quartier de Midane à Damas, ont déclaré des militants à l’AFP. Et plusieurs milliers d’autres se sont rassemblés à Saqba, près de la capitale.

A Banias (nord-ouest), près de 10.000 personnes ont scandé « Liberté, solidarité avec Deraa » et selon Omar el Habbal, un opposant syrien de Hama, 210 km au nord de la capitale, « plusieurs milliers d’habitants sont sortis dans les rues et (…) certains ont enlevé des portraits de Bachar al-Assad accrochés sur des bâtiments gouvernementaux ».

A Deir Ez-Zor, à 460 km au nord-est de Damas, un millier de protestataires ont été dispersés « à coups de bâtons et de câbles électriques » et à Ar Raqqa, à 540 km au nord-est de la capitale, 300 à 400 personnes ont manifesté.

Dans la région à majorité kurde du nord de la Syrie, 15.000 personnes ont défilé sans incident à Qamichli et dans trois localités environnantes.

Les autorités avaient pourtant appelé « les citoyens à s’abstenir de mener des manifestations ou des sit-in sans autorisation officielle », selon un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Les Frères musulmans, principal groupe d’opposition dans le pays, ont accusé le régime de perpétrer un « génocide ».
Environ 250 villageois syriens tentant d’entrer en Turquie vendredi ont été stoppés à la frontière par les forces de sécurité turques, alors qu’un millier d’autres ont fui vers le nord du Liban ces dernières 48 heures.

AFP _________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires