Tanger : le virtuose du violent Jamaleddine Benallal signe son premier livre...

Tanger : le virtuose du violent Jamaleddine Benallal signe son premier livre sur la musique andalouse « Noubat Iraq Al-Ajam »

373
0
PARTAGER

La cérémonie de signature a été organisée par l’association Nassaim Al-Andalus des amateurs de musique andalouse et la section de Tanger de l’Union des écrivains du Maroc (UEM), les deux parties ayant collaboré pour la publication de cet ouvrage musical.

A cette occasion, le président de l’association Nassaim Al-Andalus, Ahmed Guennoun, a salué la sortie de ce nouvel ouvrage qui vient enrichir la bibliothèque marocaine et contribuer à la préservation du patrimoine musical maroco-andalou, notamment la musique « Al-Ala ».

Cette publication offre l’occasion de rendre hommage à son auteur, l’artiste tangérois Jamaleddine Benallal, considéré comme l’un des meilleurs violonistes de musique andalouse marocaine, et qui a longtemps contribué à la sauvegarde de cette tradition musicale en enseignant au Conservatoire de Tanger et en participant à des projets d’enregistrement et de préservation de cette musique.

L’importance de l’ouvrage tient au fait qu’il s’agit de la première étude sur la « Noubat Iraq Al-Ajam », mais également pour la méthodologie suivie par le chercheur dans l’étude, la transcription et l’analyse de cette « nouba » que ce soit au niveau des textes poétiques ou des mélodies, a-t-il noté.

De son côté, le délégué de la Culture de Tanger, Abdelaziz Idrissi a rendu hommage à M. Benallal en considération de son apport appréciable et de son parcours qui s’étale sur une quarantaine d’années depuis son entrée au Conservatoire de Tanger en 1972, qu’il a dirigé entre 2005 et 2011.

En plus de son métier de professeur de musique, l’artiste s’est intéressé à la recherche pour la préservation de l’héritage musical maroco-andalou et a contribué à des projets d’enregistrement de l’anthologie de cette musique, notamment aux côtés du maître tangérois Ahmed Zitouni et en collaboration avec des chercheurs étrangers, tel l’Espagnol Eduardo Paniagua, a rappelé M. Idrissi.

S’exprimant à cette occasion, M. Benallal a mis l’accent sur la rareté des ouvrages spécialisés dédiés à l’étude et la transcription de la musique d’Al-Ala, appelant les chercheurs et spécialistes à redoubler d’efforts pour préserver ce patrimoine musical et garantir son passage aux nouvelles générations.

Cette cérémonie de signature a été marquée par des interprétations de musique andalouse, offerte par l’ensemble de l’association Nassaim Al-Andalus, avec la participation de M. Benallal.(MAP)

 

Actu-maroc.com

Commentaires