PARTAGER

L’Iran a convoqué aujourd’hui l’ambassadeur britannique à Téhéran pour protester contre des « ingérences » de la première ministre Theresa May qui a dit cette semaine devant des dirigeants des monarchies du Golfe être prête à les aider à contrer l’influence iranienne. Devant l’ambassadeur Nicholas Hopton, un haut diplomate iranien a qualifié d' »irresponsables et de provocateurs » les propos de Theresa May devant le sommet du Conseil de coopération du Golfe, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Bahram Ghasemi, cité par le site de la télévision d’Etat.

S’exprimant devant le sommet annuel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à Bahreïn, Mme May a tenté mercredi de rassurer les souverains de cette région face à « la politique agressive » de Téhéran. Le CCG comprend l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, Oman et le Qatar. « Je veux vous assurer que j’ai conscience de la menace posée par l’Iran pour le Golfe et plus largement pour le Moyen-Orient », a-t-elle dit.

 Les monarchies sunnites, déçues par la politique d’ouverture sur l’Iran chiite amorcée par l’administration Obama, sont inquiètes de l’influence grandissante de la République islamique au Moyen-Orient, en particulier depuis la conclusion en 2015 de l’accord nucléaire international avec Téhéran.

Dans un communiqué conjoint publié à l’issue du sommet de Bahrein, le Royaume-Uni et le CCG ont décidé de « lancer un partenariat stratégique pour favoriser des relations plus étroites dans tous les domaines, y compris politique, de la défense, de la sécurité et du commerce ». Les deux parties ont décidé de « travailler ensemble pour contrer les activités déstabilisatrices de l’Iran dans la région », sommant Téhéran de « prendre des mesures concrètes et pratiques pour favoriser la confiance et résoudre les différends avec ses voisins par des moyens pacifiques ».

L’Iran et le Royaume-Uni ont rouvert leur ambassade respective en 2015 après la conclusion de l’accord sur le nucléaire et nommé des ambassadeurs en septembre, pour la première fois depuis 2011.

Selon Bahram Ghasemi, les commentaires de Mme May devant le CCG « nuisent aux liens bilatéraux ». La politique régionale de l’Iran est « fondée sur la paix et la sécurité », a ajouté le porte-parole. L’ambassadeur britannique, selon des propos cités par le ministère iranien des Affaires étrangères, a de son côté déclaré que la politique de son pays envers l’Iran consistait à renforcer leurs relations. Mme May a été la première femme et premier chef du gouvernement britannique à avoir participé à une réunion du CCG.

Commentaires