Tempête aux Philippines: près de 500 morts, un bilan appelé à s’alourdir

Tempête aux Philippines: près de 500 morts, un bilan appelé à s’alourdir

180
0
PARTAGER

La Croix Rouge a indiqué dimanche que Washi, qui a frappé les côtes philippines à partir de vendredi soir, avait provoqué la mort d’au moins 497 personnes. Le bilan s’alourdira très probablement, a-t-elle prévenu. Au moins 160 habitants sont portés disparus.
« Les régions touchées sont si étendues que les recherches n’ont pu atteindre toute la zone. Beaucoup des maisons ont été emportées, ce qui signifie que les corps (des habitants) aussi ont été déplacés », a déclaré dimanche à l’AFP Gwen Pang, secrétaire général de l’organisation caritative.
« Nous ne comptons pour le moment que les cadavres dans les morgues », a-t-elle ajouté.
L’île de Mindanao (sud), une des régions les plus pauvres des Philippines, a été la plus durement touchée, avec notamment la ville portuaire de Cagayan de Oro, et Iligan, a précisé Gwen Pang.
Le tempête, accompagnée de rafales de vent allant jusqu’à 75 km/h, a aussi touché la petite île de Negros. Elle a atteint l’île de Palawan (ouest) dimanche avant l’aube et continuait vers l’ouest, au-dessus de la mer de Chine méridionale, selon les services météo.
Le gouvernement et la Croix Rouge des Philippines ont lancé des appels à l’aide pour nourrir, vêtir et abriter plus de 35.000 personnes réfugiées dans des centres d’évacuation.
L’armée, dont 20.000 soldats ont été mobilisés, continuait de retirer des cadavres ensevelis sous des torrents de boue.
« Les cadavres se décomposent très rapidement car ce sont des noyés et que les corps sont gonflés d’eau boueuse. On ne peut pas les embaumer car il n’y a pas d’eau et qu’il n’y a plus de fluide nécessaire à l’embaumement », a raconté à l’AFP Leonardo Vicente Corrales, un journaliste de Cagayan de Oro.
« L’électricité a été rétablie dans le centre-ville mais pas dans les quartiers de la ville les plus affectés et il n’y a toujours pas d’eau potable, a-t-il ajouté.
« Nos efforts se déplacent peu à peu des opérations de secours au rassemblement des familles et à la réhabilitation et la reconstruction » des zones dévastées, a déclaré le président de la Croix Rouge des Philippines, Richard Gordon, à la télévision ABS-CBN, demandant de l’aide à la Croix Rouge internationale.
La tâche sera immense, a souligné Benito Ramos, directeur de l’organisme national pour la prévention des catastrophes.
La priorité est l’eau, mais il faudra aussi rétablir l’électricité, nettoyer les débris, réparer les routes et les ponts, a-t-il ajouté.
Des murs d’eau se sont abattus sur Cagayan de Oro, Iligan et les zones environnantes dans la nuit de vendredi à samedi, et samedi.
Les cours d’eau ont subitement débordé en pleine nuit « alors que les gens dormaient profondément » et ont provoqué « la pire inondation de l’histoire de la ville », a indiqué Lawrence Cruz, maire d’Iligan (100.000 habitants), à la télévision GMA.
« En dépit de l’alerte (sur l’approche de la tempête), il n’y a pas eu d’évacuation préventive », a relevé Benito Ramos, à Manille.
Contrairement aux inondations dans le nord du pays, où les eaux peuvent stagner pendant des semaines, voire des mois, elles semblaient se retirer rapidement lors de cette tempête, a noté Gwen Pang, de la Croix Rouge.
Les Philippines sont touchées chaque année par une vingtaine de tempêtes tropicales ou typhons. Mais la plupart affectent le nord du pays, ce qui explique que les habitants de Mindanao n’étaient pas du tout préparés à cette catastrophe naturelle, selon les responsables des secours.
En 2009, la tempête tropicale Ketsana, qui avait noyé une grande partie de Manille sous les eaux, avait fait 464 victimes.

 

AFP_________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires