Maison A la une TEMPÊTE DE DÉNONCIATIONS DE HARCÈLEMENT SEXUEL DANS LES MÉDIAS.

TEMPÊTE DE DÉNONCIATIONS DE HARCÈLEMENT SEXUEL DANS LES MÉDIAS.

1597
0
PARTAGER

Les langues se délient dans les médias et le silence n’est plus de mise sur les harcèlement dans les médias publics et privés. L’affaire du directeur de publications, Taoufik Bouachrine, a décomplexé les victimes qui rappellent la persistance de ce phénomène, les victimes craignant les représailles de toutes sortes et surtout la perte d’emploi.

Le harcèlement des employées est monnaie courante et  tous les niveaux , surtout supérieur. Et les journalistes de rappeler le cas du directeur général de 2M, accusée par une stagiaire d’un chantage sexuel en vue de son recrutement.

Un autre directeur, d’une publication quotidienne, devenu patron d’un média public, dont le pêché mignon était de collectionner dans son bureau les culottes de ses collaboratrices qu’il soumettait de force à ses pulsions.

Un autre responsable d’une publication francophone, parti depuis, est connu pour avoir fait de relations sexuelles, un préalable à tout recrutement d’une personne ayant le malheur de lui plaire.

Une voix s’est également élevée ces derniers jours dans le groupe de presse, Al Bayane, quand une employée a décidé de porter plainte contre un directeur administratif et financier pour le même délit.

La loi du silence est en train de fondre dans les rédactions et les administrations pour lever le voile sur des pratiques insoupçonnées de la part de responsables au-dessus de tout soupçon justement. Nombreuses sont les victimes qui se déclarent prêtes à parler et dévoiler ce tabou si on leur garantissait des procès équitables, loin de toutes pressions et connivences et surtout et surtout la sécurité de l’emploi ailleurs.

Par Jalil Nouri

Actu-maroc.com

Commentaires