PARTAGER
La matinée de ce jeudi 31mars a été agitée pour les forces de l’ordre de Casablanca au niveau de la préfecture de Ain Chok où la tension est à son comble depuis un certains temps après que les pensionnaires de l’orphelinat, l’un des plus anciens du pays, y aient été délogés et mis à la rue en vue de sa démolition prochaine. Ce centre s’est avéré être un lieu dangereux pour ceux qui y avaient trouvé abri depuis des dizaines d’années en raison de sa vétusté et le manque d’hygiène.
Depuis, le bras de fer a pris place entre les autorité et les pensionnaires qui refusent de quitter les lieux pour rester au milieu des murs démolis, refusant tout autre solution autre que d’être hébergés avec l’assurance d’un emploi permanent.
Ce matin et après avoir été une nouvelle fois chassés manu militari des lieux échappant à tout contrôle dans lesquels ils ont grandi depuis leur enfance, les pensionnaires se sont accordés pour rejoindre un pont situé aux abords de l’autoroute, qu’ils ont enjambé par dizaines pour commettre un suicide collectif spectaculaire comme aucun pays n’en a jamais connu. Décidés visiblement à passer à l’acte ultime, les irréductibles,jeunes et adultes, ont fini par accepter de négocier avec les représentants du gouverneur pour trouver une solution à leur cas désespéré.
Les discussions se poursuivent toujours à l’heure de l’écriture de ces lignes au milieu de l’après-midi de ce jeudi décidément chargé pour les forces de l’ordre .
Par Samira Boutaleb

Commentaires