PARTAGER

La chambre d’instruction de la Cour d’Appel de Paris a rejeté, mardi, la demande des avocats des deux journalistes français Eric Laurent et Catherine Graciet, poursuivis pour tentative d’extorsion de fonds du Maroc, d’annuler les enregistrements audio selon lesquels ils auraient réclamé une somme d’argent en contrepartie de la non publication d’un livre critique sur le Royaume.

Ils ont été interpellés le 27 août, en possession de 80.000 euros en liquide, au sortir d’une réunion avec un émissaire du Maroc, enregistrée par leur interlocuteur. Cela avait été le cas pour deux rencontres précédentes, entre Eric Laurent et cet émissaire, l’avocat Hicham Naciri.

La chaîne de télévision BFMTV a publié en exclusivité une « lettre contractuelle manuscrite » , rédigée par la journaliste Catherine Graciet le 27 août 2015 au bar de l’hôtel Raphaël à Paris et signée avec son confrère Eric Laurent.

Dans cette lettre accablante, ils s’engagent « à ne plus rien écrire sur le royaume du Maroc, à ne plus s’exprimer publiquement sur ce pays directement ou indirectement ou par personne interposée ni à faire quelques révélations que ce soit sur le sujet et à se taire définitivement et à ne partager avec qui que ce soit tout document ou information » en leur possession « (…) ».

En contrepartie du silence des deux journalistes et de non publication d’un livre, le Maroc s’engage à verser « la somme de deux millions d’euros ». « Nous confirmons avoir reçu à ce jour une avance de 80.000 euros », ajoute Catherine Graciet dans la lettre écrite de sa main.

Le journal du dimanche a pour sa part révélé des enregistrements dans lesquels on entend le journaliste Eric Laurent réclamer trois millions d’euros au représentant du Maroc.

La maison d’édition Le Seuil a renoncé à la publication du livre en raison d’une rupture de contrat selon l’avocate de la maison d’édition, Bénédicte Amblard : « La confiance est rompue, les journalistes n’ont pas respecté les termes du contrat », a-t-elle dit.

Commentaires