PARTAGER
Quand ce n’est pas les autobus qui prennent feu sans prévenir comme c’est souvent le cas ces derniers temps, ce sont les voyous armés qui sèment la terreur dans ce moyen de transport livré à sa dégradation, c’est le manque de sécurité à bord qui pousse de plus en plus l’inquiétude des usagers à son comble. L’annonce ces derniers jours d’une attaque au couteau de passagers en plein jour et sur une ligne très fréquentée pendant leur prise en otage au cours de laquelle ils ont été dépossédés de leurs biens s’est répandue, comme une traînée de poudre dans la ville.
Malgré toutes ses promesses d’installations de caméras de surveillance et d’agents de sécurité, comme dans les tramways, la société ‘M’dina Bus » en charge du transport urbain se montre incapable de se montrer à la hauteur de ce défi qui concerne des millions de passagers au quotidien qui ont accepté les augmentations successives du prix du ticket sans rechigner pourvu que le service soit à la hauteur de leurs attentes. Pour eux, prendre le bus aujourd’hui à Casablanca, revient à prendre un risque quotidien, un risque pour leur vie, car si ce n’est brûler vif à tout moment, c’est se voir défigurer et déposséder de ses biens.
Entre les taxis rouges qui dictent leur loi à bord de carcasses et les autobus représentant un danger ambulant au cours de leurs déplacements, les habitants de Casablanca, ne voient pas l’issue de cette fatalité.
Par Jalil Nouri

Commentaires