Terrorisme: Risque élevé d’attentats «islamistes» en Espagne ce 11 septembre

Terrorisme: Risque élevé d’attentats «islamistes» en Espagne ce 11 septembre

345
0
PARTAGER

 

Le procureur général de l’Etat espagnol met en garde contre «un risque élevé» d’attentats «islamistes» sur le territoire national, soulignant que l’idéologie du terrorisme djihadiste «considère l’Espagne comme un objectif à attaquer», rapportent mercredi des médias locaux.

Selon l’agence Europapress, qui cite un rapport du procureur général de l’Etat pour l’année 2013, les principales sources de menace proviennent «de personnes et des groupes liés à des organisations terroristes de l’Afrique du Nord, en particulier ceux de Muyao et de Aqmi et des réseaux terroristes d’origine centre-asiatique».

Le rapport fait état de l’existence d’un «risque élevé d’individus ou de cellules autonomes», qui suivent le «jihad global», même s’ils «ne sont pas engagés dans les organisations terroristes» et de ‘moudjahidines’ revenus de zones de conflit ou des camps d’entraînement de djihadistes, ajoute l’agence espagnole, notant que les détenus et les jihadistes libérés et, à long terme, les groupes extrémistes existant dans le pays constituent une autre «source potentielle de menaces» pour ce dernier.

A signaler que le ministère espagnol de l’intérieur a communiqué mardi à toutes les forces de sécurité de l’Etat la décision d’«élever le niveau d’alerte anti-terroriste» à cause de la menace ‘jihadiste’.

Le secrétaire d’Etat espagnol à la sécurité, Francisco Martinez, a indiqué à Europapress que ce changement signifie que la garde civile, la police nationale et les polices autonomes «augmentent la vigilance dans les lieux qui servent habituellement comme cibles pour le terrorisme islamiste», à savoir des zones de grandes affluences, les aéroports, moyens de transports, des infrastructures critiques.

«Une attention particulière sera également accordée aux intérêts des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la France en Espagne», a ajouté la même source, soulignant que cette mesure «n’implique aucun changement dans la vie quotidienne des citoyens», ni n’exigera une «présence policière forte dans les rues».

Cette mesure est expliquée par les «circonstances actuelles» marquées par le prolongement du conflit syrien et la détérioration de la situation en Irak, et les graves développements survenus ces derniers jours dans cette région.

Selon des données publiées récemment par le ministère espagnol de l’intérieur, un total de 122 présumés jihadistes ont été arrêtés en Espagne depuis l’année 2001, dont 45 liés aux mouvements radicaux opérant en Syrie.

Un total de 78 personnes liées au terrorisme jihadiste ont été arrêtées entre 2001 et 2013 et 44 autres depuis l’année 2013 dans 25 opérations menées par les services de sécurité espagnols, ce qui représente une hausse de 36% en un an et demi, selon ce département.

 

Actu-maroc.com —————————-

 

Commentaires