Tindouf: le détournement de l’aide humanitaire profite aux hauts responsables algériens et...

Tindouf: le détournement de l’aide humanitaire profite aux hauts responsables algériens et aux dirigeants du polisario

440
0
PARTAGER

Le système de détournement de l’aide internationale humanitaire destinée aux camps de Tindouf que l’Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) a révélé « profite à des hauts responsables algériens et aux dirigeants du front polisario, indique, mardi ‘The European Union Bulletin ».

Les services secrets algériens (DRS) tirent également profit de la manne humanitaire, souligne ‘The European Union Bulletin » qui vient de mettre en ligne sur son portail la version intégrale du rapport de l’OLAF sur le détournement de l’aide humanitaire destinée aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf dans le sud-ouest algérien.

L’OLAF, ajoute la même source, fait état de détournements à grande échelle et depuis plusieurs années d’une grande partie de l’aide humanitaire accordée aux habitants des camps de Tindouf au profit d’officiels algériens et de la direction du polisario.

Dans son rapport, l’OLAF accuse également les dirigeants du polisario de ‘soutirer de l’aide aux donateurs et aux organisations humanitaires en leur soumettant de fausses factures et des projets virtuels qui n’ont jamais vu le jour ».

Les services secrets algériens (DRS) constituent l’un des maillons forts de ‘la chaîne de détournement », écrit le bulletin de l’UE, qui fait observer que les agents du DRS ont mis en place des points de vente de l’aide humanitaire au sein même des camps de Tindouf, alors que celle-ci est censée leur être distribuée sous forme de dons.

De cette manière, poursuit le bulletin de l’UE, les services secrets algériens récupèrent indirectement une grande partie de l’argent qui circule dans les camps.

‘The European Union Bulletin », qui souligne l’ampleur des détournements depuis 1975, note que le soutien financier de la Commission européenne aux camps de Tindouf par le biais de la Direction générale de l’aide humanitaire (DG ECHO) s’élève à 105 millions d’euros entre 1994 et 2004 sur la base d’une population estimée par les autorités algériennes à 155.000.

Il ajoute à cet égard que l’enquête de l’OLAF sur les détournements de l’aide humanitaire a révélé que la majeure partie de celle-ci se négocie notamment sur les marchés de Béchar en Algérie, à 800 km de Tindouf, de même que les dons de médicaments et de matériel médical qui sont vendus à Tindouf et à Alger. Selon l’OLAF, le port d’Oran où débarque l’aide humanitaire internationale destinée aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf est un point stratégique dans le système de détournement mis en place par l’Algérie et le polisario.

C’est au sein de cette structure portuaire algérienne que ‘s’opère le tri entre ce qui doit arriver et ce qui peut être détourné », souligne l’OLAF, qui note que les aliments de bonne qualité destinés à être distribués aux populations des camps sont remplacés à Oran par leur équivalent de qualité moindre pour être revendus.

L’OLAF estime qu’à ce stade, un tiers de l’aide alimentaire est tronqué pour être distribué sur place ou vendu localement. Les deux tiers restants qui prennent la direction de Tindouf n’échappent pas non plus au système de pillage savamment entretenu par les autorités algériennes, une grande partie de l’aide étant vendue sur le trajet pour le compte des dirigeants du polisario et des généraux algériens.

Actu-maroc.com _________________________________________________

Pour vos publications et votre courrier : actumaroc@yahoo.fr

Commentaires