PARTAGER
Depuis le vendredi 9 septembre et jusqu’au lendemain du pont, soit mercredi prochain, tous les services de sécurité, police, gendarmerie royale et forces auxiliaires sont placées en état d’alerte à son plus haut niveau, dans la crainte de voir d’éventuels terroristes profiter de la fête du sacrifice pour commettre un attentat de grande ampleur et gâcher l’Aid, notamment dans une ville comme Marrakech, devenue très visitée en cette période par les familles marocaines.
Patrouilles, barrages, contrôles inopinés, agents sur différents types de véhicules, les agents de permanence seront sur le qui-vive et à l’affût de la moindre information pour déclencher le dispositif d’urgence et lancer la traque aux personnes susceptibles de passer à l’action.
La volonté est clairement affichée par les sécuritaires de ne pas donner l’impression aux ennemis du royaume que la garde est baissée, car le moindre relâchement pourrait être interprété comme un geste de faiblesse en cette période trouble qui voit le royaume et ses intérêts figurer en tête des cibles visées par « Daech » et ses fanatiques.
Malgré ce dispositif imposant, rien ne prouve qu’un acte terroriste est en préparation pour cette période et la fête est appelée à se dérouler comme le veut l’habitude, sans qu’aucune crainte ni sentiment de peur ne vienne la gâcher.

Commentaires