PARTAGER

Le sucre, un poison pour la santé mentale

Les progrès dans la compréhension de la dépression offrent un nouvel espoir pour les déprimés même si certains , voire la majorité,  des psychothérapeutes préfèrent condamner leurs patients à l’accoutumance de longs et lourds traitements.
Malgré la croyance populaire, la dépression n’est vraisemblablement pas causée par un déséquilibre chimique du cerveau , toutefois, il y a un nombre d’autres facteurs biologiques qui semblent être très importants. L’inflammation chronique est un de ces facteurs. Comme indiqué dans The Guardian .
George Slavich, un psychologue clinique à l’Université de Californie à Los Angeles, a passé des années à étudier la dépression et il est arrivé à la conclusion que cette maladie a beaucoup à voir avec le corps et aussi avec l’esprit.
« Je ne veux plus même en parler comme s’il s’agit d’une affection psychiatrique », affirme-t-il. « En fait, elle implique la psychologie, mais elle est aussi en étroite relation avec la santé biologique et physique ».
La base de cette nouvelle perspective est d’une évidence aveuglante une fois qu’elle est soulignée : Nous sommes tous malheureux lorsqu’nous sommes malades. Le sentiment d’être trop fatigué, las et sans forces pour se lever et continuer à vivre est connu des psychologues comme le comportement lié à la maladie.
Cet état a une bonne raison d’être, celle de nous aider à éviter de nous faire plus de mal ou de propager une infection. Cet état ressemble aussi beaucoup à la dépression.
Un chercheur en arrive même à suggérer que la dépression devrait être redéfinie comme une maladie infectieuse non contagieuse, tandis que l’auteur de l’article cité ci-dessus s’amuse à comparer la dépression avec une réaction allergique – dans ce cas précis « une allergie à la vie moderne » – si l’on tient compte des nombreux facteurs environnementaux qui sont des causes connues d’inflammation, de l’alimentation aux expositions toxiques en passant par le stress.
Les scientifiques ont également constaté que la santé mentale peut être négativement affectée par des facteurs tels que la carence en vitamine D et/ou une flore intestinale déséquilibrée – les deux jouent  d’ailleurs un rôle dans le contrôle de l’inflammation, et c’est exactement ce que le remède contre la dépression implique.

Inflammation et dépression

Comme noté dans un article écrit par le Dr. Kelly Brogan, les symptômes dépressifs peuvent être considérés comme des manifestations indiquant une inflammation.
« La source même peut être centrée, individuellement ou conjointement, sur le stress, les expositions alimentaires et toxiques et l’infection… L’inflammation semble être un facteur hautement déterminant des symptômes dépressifs tels que le moral à plat, le ralentissement de la pensée, l’évitement, les altérations dans la perception et les changements métaboliques », écrit-elle.
Certains biomarqueurs tels que les cytokines dans le sang et les messagers inflammatoires comme la CRP, l’IL-1, l’IL-6 et l’alpha TNF, s’avèrent prometteurs en tant que nouveaux outils potentiels de diagnostic, parce que ceux-ci sont « préventifs et corrélatifs de façon linéaire » avec la dépression.
Par exemple, les chercheurs ont découvert que la dépression mélancolique, le trouble bipolaire et la dépression post-partum sont associés à des niveaux élevés de cytokines en combinaison avec une sensibilité diminuée au cortisol (le cortisol est à la fois une hormone du stress et un tampon contre l’inflammation). Comme l’explique le Dr. Brogan : « Une fois qu’ils sont déclenchés dans le corps, ces agents inflammatoires transfèrent des informations vers le système nerveux, généralement en stimulant les nerfs principaux tels que le nerf vague qui connecte l’intestin et le cerveau. Les cellules spécialisées du cerveau, appelées microglies, constituent des nœuds immuns dans le cerveau et sont activées lors des états inflammatoires.
Il a été démontré que, dans les microglies activées, une enzyme appelée IDO (indoleamine2 3-dioxygénase) détourne le tryptophane de la production de la sérotonine et de la mélatonine, vers la production d’un agoniste NMDA appelé acide quinoléique qui semble être responsable des symptômes d’anxiété et d’agitation. »
Ce ne sont là que quelques-uns des changements qui peuvent conduire votre cerveau à entrer dans un état dont votre corps sait peut-être qu’il est mauvais.

Les connexions entre l’intestin et la santé mentale

De nombreuses études ont démontré que l’inflammation gastro-intestinale peut jouer un rôle particulièrement critique dans le développement de la dépression, et on suggère que les bactéries bénéfiques (les probiotiques) peuvent représenter une partie importante du traitement. Par exemple, une revue scientifique hongroise publiée en 2011 fait état des observations suivantes :
La dépression est souvent détectée en marge des inflammations gastro-intestinales et des maladies auto-immunes, ainsi qu’en marge des maladies cardiovasculaires, des maladies neurodégénératives, du diabète de type 2 et aussi du cancer, cas dans lequel une faible inflammation chronique est un facteur contributif important. Ainsi, les chercheurs ont suggéré que « la dépression peut être une manifestation neuropsychiatrique d’un syndrome inflammatoire chronique ».Un nombre croissant d’études cliniques indique que le traitement de l’inflammation gastro-intestinale avec des probiotiques, la vitamine B et la vitamine D, peut aussi améliorer les symptômes de la dépression et la qualité de vie en atténuant les stimulations pro-inflammatoires vers votre cerveau.
La cause principale de l’inflammation peut être un dysfonctionnement de « l’axe intestin-cerveau ».
Votre intestin est littéralement votre deuxième cerveau – créé à partir du même tissu que le cerveau, pendant la gestation – et il contient des niveaux plus élevés de sérotonine (neurotransmetteur), qui est associée au contrôle du moral.
Il est important de comprendre que vos bactéries intestinale ont un rôle actif et font partie intégrante de la régulation de la sérotonine et qu’elles  produisent même plus de sérotonine que votre cerveau.
L’optimisation de votre flore intestinale est une étape clé dans l’équation de l’optimisation de ces niveaux. Si vous consommez de grandes quantités d’aliments et de sucres transformés, les bactéries intestinales seront gravement compromises car les aliments transformés ont tendance à décimer la microflore. Ainsi, est créé un vide qui est rempli par les bactéries pathogènes, les levures et les champignons qui favorisent l’inflammation et affectent la santé de votre deuxième cerveau.

Un régime faible en sucre est un important antidépresseur

En plus de perturber votre microflore, le sucre entraîne également une cascade d’autres réactions chimiques dans votre corps, connues pour favoriser l’inflammation chronique et aussi la dépression. Pour commencer, la consommation excessive de sucre conduit à des niveaux élevés d’insuline. Cela peut avoir un impact négatif sur votre moral et sur votre santé mentale, en augmentant la production de glutamate dans votre cerveau, ce qui est lié à l’agitation, à la dépression, à la colère, à l’anxiété et aux attaques de panique.
Le sucre supprime l’activité d’une hormone de croissance essentielle appelée BDNF (facteur neurotrophique dérivé du cerveau) qui favorise les neurones sains du cerveau. Les niveaux du BDNF sont extrêmement faibles chez les dépressifs et les schizophrènes, et les modèles animaux indiquent que  ceux-ci pourraient effectivement en être responsables.
Par ailleurs, les aliments fermentés vous aident à repeupler votre intestin avec une grande variété de bactéries saines qui favorisent la santé mentale et physique, aussi longtemps que vous maintiendrez la consommation de sucres et d’aliments transformés au minimum.
Par exemple, une étude de 2011 a montré que les probiotiques Lactobacillus rhamnosus ont un effet très important sur les niveaux GABA dans certaines régions du cerveau et diminuent l’hormone corticostérone induite par le stress, ce qui a comme résultat la diminution du comportement lié à l’anxiété et à la dépression. Par conséquent, la solution alimentaire en trois volets pour le traitement de la dépression est :
Limiter drastiquement les sucres, en particulier le fructose, ainsi que les céréales, puisque toutes les formes de sucre alimentent les bactéries pathogènes dans votre intestin. La manière la plus simple d’accomplir cela est d’éviter les aliments transformés et de commencer à cuisiner des produits non transformés en utilisant des ingrédients complets. Comme recommandation standard, il est recommandé de  limiter la consommation quotidienne de fructose, toutes sources confondues, à 25 grammes par jour maximum.Évitezles aliments contenant des ingrédients transgéniques car ils sont aussi impliqués dans la destruction de la flore intestinale et favorisent l’inflammation chronique. Garder à l’esprit aussi que les aliments cultivés de façon traditionnelle, peuvent aussi être contaminés avec du glyphosate dont on a découvert qu’il détruit sélectivement des bactéries bénéfiques et favorisant la santé de l’intestin, donc, idéalement, vous vous assurerez que la plupart de vos aliments sont cultivés de façon biologique afin d’éviter l’exposition aux pesticides.
Intégrez des aliments fermentés dans votre régime afin de rééquilibrer votre flore intestinale.
Attention, vos bactéries intestinales sont aussi très sensibles et peuvent être affectées par les éléments suivants qui sont à éviter :

Les antibiotiques, sauf s’il est absolument nécessaire (et lorsque vous les prenez, assurez-vous de repeupler votre intestin avec des aliments fermentés et/ou un supplément en probiotiques)Les viandes obtenues de façon conventionnelle et autres produits d’origine animale, tels que les produits des animaux CAFO qui contient une faible dose d’antibiotiques, en plus des céréales transgéniques, l’eau chlorée et/ou fluorée, le savon antibactérien …

La carence en vitamine D vous prédispose à la dépression

La carence en vitamine D est un autre facteur biologique important qui peut jouer un rôle essentiel dans la santé mentale. Dans une étude de 2006, on a découvert que des personnes âgées ayant des niveaux de vitamine D inférieures à 20 ng/ml étaient 11 fois plus susceptibles d’être déprimés, comparées aux personnes ayant des niveaux plus élevés. Il est intéressant de remarquer que le niveau moyen de vitamine D était juste en desous de 19 ng/ml, ce qui constitue un état de carence sévère.
En fait, 58 pour cent des participants avaient des niveaux inférieurs à 20 ng/ml.
Une étude de 2007 suggère que la carence en vitamine D est responsable des symptômes de dépression et d’anxiété chez les patients atteints de fibromyalgie. La carence en vitamine D est également une cause assez reconnue dans le trouble affectif saisonnier (TAD). Un essai randomisé en double aveugle, publié en 2008, a également conclu :
Il semble qu’il existe une relation entre les niveaux sériques de 25(OH)D et les symptômes de la dépression. La supplémentation avec des fortes doses de vitamine D semble améliorer ces symptômes, fait qui indique une possible relation de causalité.
Plus récemment, les chercheurs ont découvert que des personnes âgées atteintes de dépression avaient des niveaux de vitamine D de 14 pour cent inférieurs aux personnes qui ne sont pas déprimées. Dans cette étude, les personnes avec des niveaux de vitamine D inférieures à 20 ng/ml présentaient un risque de dépression accru de 85 pour cent, comparées aux personnes qui avaient des niveaux supérieurs à 30 ng/ml.Un autre article publié en 2011 indique encore que : » La détection et le traitement efficace des niveaux faibles de vitamine D chez les personnes atteintes de dépression et d’autres troubles mentaux, peut être une thérapie facile et peu coûteuse qui pourrait améliorer la santé des patients à long terme, ainsi que leur qualité de vie. »

Sur la base de l’évaluation des populations saines qui bénéficient d’une importante exposition au soleil, la plage optimale pour la santé physique et mentale générale semble se situer entre 50 et 70 ng/ml. Par conséquent, si vous êtres déprimé,  v faites vérifier votre niveau de vitamine D et  traitez toute insuffisance ou toute carence.

Il existe de nombreuses alternatives au traitement pharmacologique

L’activité physique contribue principalement à normaliser les niveaux d’insuline, tout en stimulant les hormones « du plaisir » dans votre cerveau. Mais les chercheurs ont également découvert que les activités physiques permettent à votre corps d’éliminer la kynurénine, une protéine nocive associée à la dépression. Et, ce qui prouve à nouveau le rapport entre l’inflammation et la dépression, votre corps métabolise la kynurénine en premier lieu par un processus qui est activé par les facteurs stressants et inflammatoires…
Pusieurs facteurs alimentaires sont conseillés pour rétablir la santé de votre intestin, il est recommandé aussi de compléter votre alimentation par des acides gras oméga-3 d’origine animale de haute qualité, comme l’huile de krill. Cela peut constituer le nutriment le plus important pour le fonctionnement optimal du cerveau, en atténuant les symptômes de la dépression. La carence en vitamine B12 peut aussi contribuer à la dépression et affecte une personne sur quatre.
Dernier point, mais pas le moindre, s’assurer de dormir suffisamment. La relation entre la dépression et le manque de sommeil est très bien connue. Parmi les 18 millions d’Américains environ atteints de dépression, plus de la moitié ont des problèmes d’insomnie. Même si on a longtemps pensé que l’insomnie était un symptôme de la dépression, il semble que dans certains cas l’insomnie puisse en fait précéder la dépression.
Des recherches récentes ont également découvert que la thérapie du sommeil  entraîne des améliorations remarquables chez les patients déprimés. Le message à retenir ici est qu’un ou plusieurs facteurs du style de vie peuvent être à la base de votre dépression, de sorte qu’il est recommandé d’améliorer les facteurs discutés dans cet article avant de recourir à un  traitement pharmacologique – dont la science a démontré qu’il n’est pas plus efficace qu’un placebo, tout en étant chargé d’effets secondaires potentiellement dangereux.

Hafid Fassi Fihri avec The Guardian

Commentaires