Transition démocratique en Méditerranée

Transition démocratique en Méditerranée

263
0
PARTAGER

Les travaux d’un séminaire sur «la jeunesse et la transition démocratique en Méditerranée» se sont ouverts, samedi à Rabat, à l’initiative de la Plateforme non gouvernementale Euromed, en collaboration avec le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et la Fondation Friedrich Ebert.

Intervenant lors de la séance d’ouverture, le président de la Plateforme, Abdelmaksoud Rachdi, a souligné que ce séminaire intervient dans un contexte marqué par l’émergence d’une dynamique sociale et politique dans les pays du pourtour méditerranéen en général, et de la rive sud tout particulièrement.

Au cœur de cette dynamique, a-t-il ajouté, la jeunesse s’est imposée en tant que force d’expression et d’action incarnant les aspirations des peuples à des sociétés démocratiques basées sur les principes de dignité, d’égalité et de citoyenneté.

Ce séminaire de deux jours, se propose d’amorcer un débat profond sur la question et d’évaluer le rôle des jeunes dans le processus de transition démocratique, en s’ouvrant sur les ONG œuvrant dans le domaine, a-t-il fait savoir.

Sur un autre registre, le président du CNDH, Driss El Yazami, a considéré que les domaines du développement et des libertés dans la rive sud de la Méditerranée restent marqués par plusieurs insuffisances.

De même, El Yazami a déploré «l’échec» des systèmes d’éducation qui mobilisent une grande masse de la jeunesse, au moment où la région fait face à de multiples défis ayant notamment trait à l’intégration des jeunes. Pour relever ces défis, une importance particulière doit être accordée, selon le président, aux domaines de l’éducation, de l’emploi et de la participation citoyenne, ainsi qu’à l’égalité homme-femme.

L’autre défi qui interpelle les pays de la région se rapporte à la gestion des dossiers des violations passées des droits de l’Homme et des leçons qu’il faut en tirer pour mettre fin à l’impunité, a conclu El Yazami.

Pour sa part, le président du Conseil économique et social (CES), Chakib Benmoussa, a souligné que le mouvement social que connaissent les pays méditerranéens trouve son origine dans l’aspiration de leurs sociétés à la démocratie et à la justice sociale. Les jeunes, a-t-il fait observer, ont joué un rôle «déterminant» dans ce mouvement en mettant à profit les réseaux sociaux qui leur ont servi d’espace d’expression et de mobilisation.

La crise financière, les problèmes relatifs à la gouvernance, à la démocratie et à la transparence, ainsi que le «libéralisme sauvage» ont participé, selon Benmoussa, à l’émergence d’un tel mouvement, mettant ainsi les pays de la région devant le défi de trouver le bon équilibre entre les intérêts individuels et collectifs.

Et le responsable de mettre en exergue l’expérience «singulière» du Maroc qui s’est caractérisée par l’accélération du rythme des réformes et le lancement de nouvelles générations de réformes dans le cadre de la nouvelle Constitution qui «ouvre de nouvelles perspectives en matière de libertés».

Benmoussa s’est félicité, dans le même sens, des «bonnes conditions» dans lesquelles se sont déroulées les dernières élections législatives et de la participation considérable des jeunes et des femmes, insistant, à ce propos, sur le rôle qui incombe à la société civile pour la consolidation de ces acquis.

Pour conclure, le président a affirmé qu’il ne peut y avoir de stabilité politique sans développement socioéconomique, et que le succès des réformes lancées dans les pays du sud de la Méditerranée reste tributaire de l’implication des jeunes et de la société civile.

Dans le même ordre d’idées, le représentant résident de la Fondation Friedrich Ebert, Ulrich Storck, a plaidé pour la mise en place de nouveaux mécanismes permettant aux jeunes de participer au changement, et pour l’ouverture de canaux de communication avec cette frange de la population.

Le séminaire réunit quelque 60 participants représentant la France, la Belgique, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Suède, la Grèce, l’Algérie, la Tunisie, la Mauritanie, l’Egypte, la Jordanie, la Palestine et le Maroc.

MAP____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires