PARTAGER

Tolérance zéro pour le trafic des voix et transparence à 100% dans le
scrutin lors de la double élection au niveau communal et régional que
s’apprête à vivre le royaume lors de consultations qui s’annoncent
très serrées. Tel semble être en tout cas le mot d’ordre du ministre
de l’intérieur, Mohammed Hassad, un technocrate pur jus, à qui les
partis politiques toutes tendances confondues font confiance pour
assurer un bon déroulement de consultations bien préparées à priori.
En réunissant tous les gouverneurs et walis du pays venus à Rabat pour
la cérémonie d’allégeance à l’occasion de la fête du trône, le
ministre a tenu à leur rappeler leur engagement à observer une stricte
neutralité et à se situer au dessus des contingences politiques ainsi
qu’à bien faire passer ce message auprès des agents d’autorité et
intervenants du ministère lors du scrutin. Du reste, il n’est pas
exclu que le ministre procède dans certaines régions et villes bien
avant la date des élections à des changements des walis et
gouverneurs, caids et pachas susceptibles de ne pas être à la hauteur
des enjeux ou sur lesquels pèsent des soupçons de partialité révélés
par des enquêtes internes suite à des plaintes.

Une commission électorale qui travaille en continu ainsi que la
présence d’observateurs neutres seront de la partie pour parfaire le
dispositif de contrôle et donner un maximum de crédibilité à cette
opération de réhabilitation de l’image des consultations électorales
et rompre avec les méthodes du passé.

Commentaires