PARTAGER
C’est suite à des informations révélées par les autorités espagnoles faisant été d’une augmentation de plus de 3% depuis le débit de l’année de l’acquisition par des ressortissants marocains de biens immobiliers dans le sud de l’Espagne, que l’office des changes marocains a décidé de donner un sérieux coup dans la fourmilière pour obtenir un maximum de données sur ces derniers et remonter les pistes de cette fuite de capitaux.
En vertu de divers accords de coopération en la matière, le Maroc peut obtenir l’aide de l’Espagne pour mener ces enquêtes et identifier les contrevenants avant de prendre les mesures qui s’imposent à leur égard afin de mettre un terme cette hémorragie qui plombe les réserves de change. L’achat de biens immobiliers sur les côtes du sud de l’Espagne voisine n’est pas un phénomène nouveau, l’attrait pour leurs plages, leur animation et les prix abordables de l’immobilier remontant à des dizaines d’années, mais x’est l’accroissement des acquisitions qui a poussé les autorités à donner le signal d’alarme et d’annoncer l’appui de l’Espagne qui s’est dite prête à fournir toutes les informations sur les acquéreurs des cinq dernières années avec leur identité , les montants et la nature des transactions, la divulgation de ces secrets n’étant pas interdite par la loi espagnole. Cette montagne de données devra être traitée au cas par cas pour déceler si une organisation spécialisée et structurée au Maroc ne se cache pas devant cette fuite de capitaux et ces placements en hausse dans l’immobilier de vacances dans le sud de l’Espagne.

Commentaires