PARTAGER

Le candidat controversé, Donald Trump, à la présidentielle américaine de novembre prochain n’en a opas fini avec le Maroc dans ses surprenantes interventions qui ont tendance à tourner au procès à charge contre sa rivale démocrate, Hillary Clinton.

Ne mettant aucune limite à ses reproches et accusations pour démonter la notoriété et la carrière de son ennemie déclarée, le milliardaire new-yorkais, un bleu en politique et pire encore, en diplomatie, a sorti dans une de ses récentes sorties publiques, un plat réchauffé, celui qui consiste à affirmer que le gouvernement Obama et Hillary Clinton ont favorisé la prépondérance des islamistes en afrique du Nord, notamment au Maroc, dixit Donald Trump, qui a tenu à enfoncer le clou, en rappelant que l’ancienne patronne de la diplomatie américaine s’était ouvertement déclarée favorable à la reconduite de l’expérience des islamistes du PJD à la tête du gouvernement marocain pour un second mandat.

S’il est vrai que Hillary Clinton avait tenu de tels propos, Donald Trump a voulu les exagérer en les sortant de leur contexte pour faire passer cette dernière pour une aventurière en politique et une diplomate qui se tire des balles dans le pied et celui des pays alliés des États-Unis.

La candidate démocrate a opté, elle, pour le silence et refuse de répondre au cas par cas pour les nombreuses sortie de piste de son turbulent et imprévisible adversaire dont les américains ne connaisent plus les limites.

Commentaires