PARTAGER
Le drame aurait pu tourner au carnage dans une caserne militaire des forces armées royale située dans le localité de « Twizit » située dans la province d’Assa-Zag, au sud du royaume où est concentré un fort contingent de l’armée.
Un soldat, qui s’est vu refuser une permission, a sorti une mitraillette pour tirer à bout portant, comme dans accès de folie, sur deux de ses supérieurs, un colonel et un capitaine, ainsi qu’un autre soldat, avant de retourner l’arme contre lui dans un geste de désespoir.
Cette tragédie, dont l’annonce s’est vite répandue dans les casernes et qui n’a pas encore fait l’objet d’un quelconque communiqué officiel de l’état-major des Forces Armées Royales, a profondément choqué les militaires, peu habitués à de tels faits divers d’une aussi grande gravité et ce, avant l’enterrement des victimes dont les dépouilles se trouvent toujours à la morgue de l’hôpital militaire de la ville d’Agadir, en attendant l’ordre de les remettre à leurs familles une fois l’enquête bouclée.

Commentaires