Tunisie: Ben Ali promet 300.000 emplois d’ici 2012 pour désarmorcer la crise

Tunisie: Ben Ali promet 300.000 emplois d’ici 2012 pour désarmorcer la crise

306
0
PARTAGER

Il a également dénoncé des « actes terroristes impardonnables perpétrés par des voyous cagoulés » dans le centre-ouest du pays, théâtre d’émeutes qui ont fait au moins 14 morts selon le gouvernement, et plus de 20 selon des sources de l’opposition.

 

« Nous avons décidé de multiplier les capacités d’emploi et la création de sources de revenus (…) dans tous les secteurs durant les années 2011 et 2012″, a-t-il dit, annonçant 300.000 emplois supplémentaires, outre les 50.000 postes promis récemment par le patronat pour les régions.

« Cet effort permettra de résorber, avant la fin de 2012 (oui, avant la fin 2012, je m’y engage), tous les diplômés du supérieur dont la durée de chômage aura dépassé les deux ans », a-t-il promis.

Ceci, permettra « l’embauche du plus grand nombre de chômeurs, autres que les diplômés du supérieur et parmi les sans-emploi de toutes les catégories et de toutes les régions », a-t-il assuré.

Le président a convoqué une « conférence nationale » sur l’emploi pour février et invité « les représentants du peuple, les membres de la Chambre des conseillers et les instances centrales des partis politiques à accroître leur présence dans leurs régions » et à être à l’écoute des citoyens.

Les responsables régionaux ont été aussi invités « à parfaire les canaux de contacts avec les populations, à être à l’écoute de leurs préoccupations » et les médias à consacrer plus d’intérêt aux régions.

Au rang des mesures, il a ordonné d’exonérer sur dix ans « tout nouveau projet générateur d’emplois » dans les régions et dont le taux d’encadrement dépasse les 10%.

Par ailleurs, le président Ben Ali a dénoncé des « actes terroristes impardonnables perpétrés par des voyous cagoulés » dans le centre-ouest du pays, théâtre d’émeutes qui ont fait samedi et dimanche 14 morts selon le gouvernement, et plus de 20 selon des sources de l’opposition.

Trois localités –Kasserine, Thala et Regueb– étaient en proie à des violences lundi, signe de la poursuite des émeutes contre le chômage qui secouent la Tunisie depuis la mi-décembre.

« A ceux qui veulent porter atteinte aux intérêts du pays, ou manipuler notre jeunesse, nous disons que la loi sera appliquée », a-t-il ajouté, appelant les Tunisiens « à protéger leurs progénitures contre les malfaiteurs ».

« Ces parties, qui incitent à la violence et à sortir dans la rue, en propageant des slogans creux de désespoir et en fabricant, de toute pièce, des informations fallacieuses et erronées, ont exploité, de manière malhonnête, un incident que nous regrettons tous », a-t-il affirmé.

M. Ben Ali faisait référence au suicide d’un vendeur ambulant qui s’était immolé par le feu pour protester contre la saisie de sa marchandise à Sidi Bouzid, et dont l’acte a déclenché une vague de mécontentement.

Il a accusé des « éléments hostiles à la solde de l’étranger, qui ont vendu leur âme à l’extrémisme et au terrorisme, manipulés depuis l’extérieur du pays par des parties qui ne veulent pas le bien d’un pays déterminé à persévérer et à travailler », a-t-il lancé, formulant ses « regrets pour les décès et les dégâts », ainsi que sa « compassion à l’adresse des familles » endeuillées.

AFP

Commentaires