Turquie: 11 morts dans un attentat contre un bus de la police

Turquie: 11 morts dans un attentat contre un bus de la police

745
0
PARTAGER

Une voiture a explosé au passage d’un bus de la police turque, mardi matin, tuant 7 policiers et 4 civils. L’attentat n’a pas encore été revendiqué.

Un bus de la police turque a été pris pour cible mardi matin. Selon les premiers éléments rapportés par la chaîne de télévision CNN Turk, une bombe aurait explosé dans le centre d’Istanbul, près de l’université de la ville et de sites touristiques. Le dernier bilan fait état de 11 morts et 36 blessés dont trois se trouvent dans un état grave.

«Sept policiers et quatre citoyens ont perdu la vie dans une attaque qui a visé la police anti-émeutes», a déclaré le gouverneur Vasip Sahin aux journalistes sur les lieux de l’attentat, à Beyazit. L’attaque a eu lieu à l’heure de pointe dans le quartier commerçant de Vezneciler voisin des attractions touristiques de la ville comme le Grand Bazar, précisent les médias locaux, ajoutant que des ambulances ont été dépêchées sur place. Une voiture en stationnement a explosé au passage du bus de la police, poursuit la chaîne ajoutant que les assaillants ont utilisé un système de déclenchement à distance.

Les chaînes de télévision ont diffusé des images montrant des forces de police déployées sur les lieux de l’attentat. Les examens ont été reportés dans l’Université d’Istanbul, la plus grande de la ville, proche du lieu de l’explosion. L’attentat s’est produit au deuxième jour du mois de jeûne musulman du Ramadan.

Voir l'image sur Twitter

L’attentat n’a pas encore été revendiqué. En état d’alerte maximale, la Turquie a été le théâtre de plusieurs attaques terroristes cette année revendiquées pour certaines par le groupe État islamique (EI) et pour d’autres par les séparatistes kurdes.

Le 12 mai, huit personnes dont des militaires avaient été blessées par l’explosion d’une voiture piégée près d’une caserne militaire sur la rive asiatique d’Istanbul. L’attaque avait été revendiquée par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Deux autres attaques à la voiture piégée ont frappé en février et mars Ankara, faisant une soixantaine de victimes. Ils ont été revendiqués par les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), un groupe radical et dissident du PKK, qui mène depuis 1984 contre l’Etat turc une rébellion qui a déjà causé plus de 40.000 morts.

En avril, les Etats-Unis avaient mis en garde leurs ressortissants en raison de « menaces crédibles » d’attentats contre les touristes à Istanbul et Antalya (sud).

Le secteur touristique turc, qui a rapporté 31,5 milliards de dollars (27,9 milliards d’euros), a été frappé de plein fouet par cette récente vague d’attentats, victime selon les opérateurs d’une chute drastique des réservations pour l’été prochain.

Commentaires