Turquie: des milliers de personnes commémorent le journaliste assassiné Hrant Dink

Turquie: des milliers de personnes commémorent le journaliste assassiné Hrant Dink

173
0
PARTAGER

« Etat assassin, tu devras rendre des comptes », et « Main dans la main contre le fascisme », ont scandé les manifestants – plus de 10.000 personnes selon une source policière, 20.000 selon les télévisions – devant les locaux de l’hebdomadaire bilingue turc-arménien Agos, que dirigeait Dink et où il a été abattu.
« Vous qui avez tout fait pour gêner ce procès, vous qui avez rendu ce verdict, vous avez accompli une bien mauvaise action pour les enfants de ce pays. Mais nous ne renoncerons pas », a clamé Bülent Aydin, un ami de Dink, depuis une fenêtre du journal. « Ce procès ne se finira pas comme ça », a-t-il poursuivi, la foule reprenant ce slogan.
Deux grandes banderoles noires affirmant « Nous n’oublierons pas » et « Nous ne pardonnerons pas » marquaient la tête du cortège qui a conduit les manifestants de la place de Taksim aux locaux d’Agos.
De nombreux manifestants portaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire en turc et en arménien: « Nous sommes tous Hrant Dink, nous sommes tous arméniens ».
Hrant Dink a été abattu de deux balles dans la tête le 19 janvier 2007 devant les locaux d’Agos par un jeune nationaliste âgé de 17 ans, un crime qui a bouleversé la Turquie.
L’auteur de l’assassinat, Ogün Samast, a été condamné en juillet à 23 ans de prison, et son instigateur, Yasin Hayal, a été condamné mardi à la réclusion à perpétuité.
Mais de nombreux observateurs restaient sceptiques face à ce dernier verdict, qui a écarté l’accusation d’un complot alors que les avocats de la partie civile réclamaient une enquête plus approfondie sur des ramifications éventuelles du crime au sein des rouages de l’Etat.
Le Premier ministre lui-même, Recep Tayyip Erdogan, a confié mercredi son malaise face au verdict.
« Je constate (…) que la conscience de l’opinion publique est insatisfaite », a déclaré M. Erdogan sur la chaîne de télévision Kanal D.
« Il y a des attentes très différentes (du verdict rendu, ndlr). Il est possible de partager certaines de ces attentes, mais je ne peux pas adhérer à l’ensemble d’entre elles », a-t-il ajouté, soulignant que le procès n’était pas fini, les parties pouvant encore faire appel.
Et jeudi, c’est le président turc Abdullah Gül qui a appelé à une justice équitable.
« L’ensemble de ce procès, incluant la période qui va commencer, est un test important de la façon dont nous appliquons nos lois de la manière la plus juste et la plus transparente possible », a-t-il affirmé à des journalistes, appelant les autorités administratives à coopérer avec la justice « pour que toute la réalité de cet événement apparaisse ».
Le président de la cour en charge du dossier a également fait part de ses doutes.
« J’ai dit (que je ne suis pas satisfait du verdict) parce que les connections en arrière-plan n’ont pas été suffisamment prouvées pour pouvoir désigner d’autres responsables que quelques jeunes. Nous ne pouvons pas prendre de décision sans preuve », a déclaré le juge Rüstem Eryilmaz sur la chaîne NTV.
Dink oeuvrait à la réconciliation entre les Turcs et les Arméniens au regard de leur passé sanglant, mais les nationalistes lui en voulaient d’avoir employé pour le massacre des Arméniens sous l’Empire ottoman le terme de génocide, qu’Ankara rejette farouchement.

 

 

 

AFP_______________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires