Un attentat-suicide fait au moins 30 morts en Irak après un match...

Un attentat-suicide fait au moins 30 morts en Irak après un match de football

652
0
PARTAGER

Au moins 30 personnes ont été tuées et une soixantaine blessées vendredi dans l’explosion d’une bombe déclenchée par un kamikaze pendant la remise des trophées après un match de football, dans un village au sud de Bagdad. L’EI a revendiqué l’attaque.

« Ils étaient en train de décerner le trophée aux vainqueurs quand le kamikaze s’est fait exploser dans la foule », a indiqué vendredi 25 mars un capitaine de police du village d’Al-Asriya, près d’Iskandariyahen Irak, où cohabitent sunnites et chiites. Au moins 30 personnes ont été tuées vendredi dans un attentat-suicide revendiqué par l’organisation de l’État islamique (EI), après un match de footballamateur dans ce village situé à environ 40 km au sud de Bagdad.

Selon la police, plus de 65 personnes ont été blessées dans l’explosion. Un médecin à l’hôpital d’Iskandariyah a confirmé le bilan, précisant que l’attaque était survenue vers 19 h et que le maire du village, Ahmed Chaker, figurait parmi les morts. « Le maire est décédé à l’hôpital des suites des graves blessures qu’il a subies dans l’explosion », a déclaré le médecin, indiquant aussi que l’un de ses gardes du corps et au moins cinq membres des forces de sécurité avaient péri dans cet attentat.

Selon un jeune témoin, « le kamikaze s’est fondu dans la foule pour tenter de s’approcher du rassemblement et s’est fait exploser alors que le maire était en train de décerner le trophée aux vainqueurs ». L’attentat a rapidement été revendiqué dans un communiqué par l’EI, qui a affirmé que l’explosion avait fait plus de 60 morts et plus de 100 blessés.

L’EI perd du terrain mais multiplie les attentats

Ce nouvel attentat intervient alors que les forces pro-gouvernementales irakiennes viennent de lancer une offensive pour reprendre la province de Ninive (nord) et sa capitale Mossoul, deuxième ville du pays et principal fief de l’EI en Irak.

Le groupe jihadiste, responsable de la quasi-totalité de ce type d’attaques, n’a plus de bases fixes au sud de Bagdad depuis que les forces gouvernementales et leurs alliés ont lancé une contre-attaque fin 2014. L’EI avait mené en juin 2014 une offensive fulgurante qui lui avait permis de s’emparer de vastes pans de territoire irakien au nord et à l’ouest de Bagdad, mais il a subi depuis plusieurs revers militaires face aux forces irakiennes, soutenues par les frappes de la coalition internationale menée par les États-Unis.

Début mars, 61 personnes avaient été tuées dans un attentat-suicide revendiqué par l’EI à Hilla, à 80 km au sud de Bagdad, l’attaque à la voiture piégée la plus meurtrière depuis le début de l’année en Irak. Selon certains experts, les jihadistes auront de plus en plus recours aux attentats-suicides, tant que leur « califat » autoproclamé à cheval sur la Syrie et l’Irak continuera de perdre du terrain.

Commentaires