Un cas non contagieux de vache folle au Brésil provoque un embargo...

Un cas non contagieux de vache folle au Brésil provoque un embargo dans trois pays

287
0
PARTAGER

Au Brésil, un cas isolé de vache folle a été détecté sur un animal âgé, deux ans après sa mort. Rien à voir avec l’épidémie qui avait décimé le cheptel européen dans les années 1990. L’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a d’ailleurs maintenu le Brésil parmi les pays « à risque insignifiant » pour l’encéphalopathie spongiforme bovine.

Mais les aléas du commerce de la viande ont souvent des ressorts cachés. Si le Japon a suspendu, en début de semaine, les importations de bœuf brésilien, c’est qu’il a toujours été très sourcilleux sur l’aspect sanitaire. Tokyo n’a toujours pas levé son embargo sur le bœuf européen.

Mais l’Afrique du Sud a certainement sauté sur l’occasion pour protéger sa propre production de bœuf. Quant à la Chine, seul gros importateur de bœuf brésilien parmi les trois, elle est coutumière des mesures de rétorsion lorsque l’on tente de limiter l’afflux de ses produits manufacturés – ce qui pourrait être le cas au Brésil.

Ces mesures auront des conséquences mineures pour le Brésil. Elles ne devraient pas durer, car la disponibilité mondiale de bœuf est faible. Et par ailleurs, le principal client du Brésil, à savoir la Russie, vient au contraire d’ouvrir plus largement ses portes au bœuf brésilien, pour compenser ce qu’elle n’achète plus aux Etats-Unis, sous un autre prétexte sanitaire – et en réalité, pour des raisons politiques.

AFP/ actu-maroc.com

 

Commentaires