PARTAGER

Une affaire de tourisme sexuel a mis en état d’alerte les autorités locales, les services de la direction de la surveillance du territoire (DST) et les renseignements généraux (RG) de la wilaya de Marrakech. En effet, un Suédois d’origine irakienne gère, dans la ville ocre, trois boîtes de nuits avec la même autorisation. Pire, l’une d’entre elles a été transformée en un club où des catalogues présentant 100 filles de joie sont mis à la disposition des clients, rapporte le quotidien Assabah en Une de son édition de ce lundi 12 octobre.

«Le gérant de ces espaces offre aux filles des appartements de luxe dans des zones touristiques de la ville ocre, 200 DH par jour pour les frais de coiffure et d’esthétique, ainsi qu’une sécurité», précise le quotidien qui s’appuie sur des sources concordantes à Marrakech. Par ailleurs, poursuit Assabah, le gérant en question mobilise des courtiers pour lui trouver de belles filles, selon des critères qu’il leur impose. Ces filles de joie sont par la suite interdites de fréquenter un autre espace ou d’accompagner un client ailleurs. Plus encore, fait remarquer le quotidien, de lourdes sanctions sont infligées à toute fille qui «viole» les règles de l’espace.

Le gérant irakien, conclut le quotidien, a bien réparti les tâches entre les filles, certaines s’occupant de véhiculer des vidéos pornographiques sur les réseaux sociaux en vue d’attirer de nouveaux clients, d’autres se chargeant de recruter de nouvelles filles pour cet espace situé au sein d’un grand complexe de loisirs à Marrakech.

Source : LE360

Commentaires