PARTAGER
Après avoir failli être nommé ministre du budget dans l’actuelle gouvernement, le patron du football national se contentera, ce qu’il préfère d’ailleurs, rester à la tête de la fédération royale marocaine après avoir été élu pour un second mandat qui lui ouvre une voie royale pour mener ses réformes.
L’homme a de la suite dans les idées, c’est le moins que l’on puisse dire, puisque quelques jours plus tôt, il avait réussi à se faire placer parmi le gotha africain en héritant du poste convoité de troisième vice-président de la confédération africaine, au cours d’un symposium historique à son initiative. Il faut dire que Lakjâa tient surtout à marquer de son empreinte ses mandats national et continental par ses idées novatrices et courageuses comme il reste l’homme qui sera parvenu enfin à faire gagner la candidature du pays pour l’organisation de la coupe du monde 2026.
Homme de défis sur le plan purement sportif, il ambitionne de changer le cours des choses pour que le football national ne soit plus associé au terme de défaite, en d’autre termes de changer l’équipe nationale en un vivier de gagnants et pousser les clubs sur la même voie de la réussite.
En bon gestionnaire de l’argent public, il parvient à économiser suffisamment pour que le nerf de la guerre ne soit plus un handicap , mais plutôt un stimulant.

Commentaires