PARTAGER

La victime, âgée d’une quarantaine d’années, a été tuée en public par son fils de 20 ans à Raqqa, capitale autoproclamée de Daech. Les raisons de cette exécution restent cependant floues.

Une étape de plus dans l’horreur. D’après CNN, qui cite plusieurs témoignages d’expatriés recueillis par l’Obervatoire Syrien des Droits de l’Homme, un djihadiste de 20 ans a exécuté sa propre mère, dans la ville de Raqqa, capitale autoproclamée des combattants de l’organisation Etat islamique.

Selon la chaîne de télévision américaine, la mise à mort, qui remonterait mercredi, se serait déroulée devant une centaine de personnes, près du bureau de poste où travaillait la victime. Cette dernière était âgée d’une quarantaine d’années, rapporte CNN.

Abattue d’une balle dans la tête

La mère de famille, assure la chaîne, aurait incité son fils à quitter les rangs de Daech et à prendre la fuite à ses côtés. Pour le convaincre, elle a effectué les 50 km reliant Tabaqa, où elle habite, à Raqqa. Le jeune homme, qui a appartenu successivement aux modérés de l’Armée syrienne libre (ASL) et au Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, avant l’EI, a aussitôt informé ses supérieurs afin de procéder à l’arrestation. Il a ensuite abattu sa propre mère d’une balle dans la tête.

Une version remise en cause par les activistes anti-Daech de Raqqa is Being Slaughtered Silently, présents dans la ville syrienne, qui affirment que la raison de l’exécution n’est pas celle donnée par la chaîne CNN, sans apporter plus de détails.

Commentaires