PARTAGER

Des associations néerlandaises demandent un contrôle renforcé des donneurs de sperme après avoir appris qu’un homme pourrait être le père biologique de 102 enfants.

Au Pays-Bas, 102 enfants nés d’une FIV pourraient avoir le même donneur de sperme. Une situation qui inquiète l’association néerlandaise de gynécologues (NVOG) et l’association pour l’embryologie clinique (KLEM) qui ont réclamé l’arrêt de tous les traitements liés à cet homme. Et pour cause : dans ce pays, la limite est fixée à 25 enfants par donneur.

UN DURCISSEMENT DU CONTRÔLE DES DONNEURS

Mais ce n’est pas tout : ce Néérlandais aurait collaboré avec 11 cliniques de fertilité, a révélé un peu plus tôt un groupe de mères célibataires, avant d’alerter lesdits établissements. Pourtant, la loi néerlandaise impose aux donneurs de sperme de faire une déclaration selon laquelle il n’a pas fait de don dans une autre clinique. Selon le collectif de mères, le donneur de sperme aurait également proposé ses services sur internet. Il s’est d’ailleurs exprimé de manière anonyme sur ses motivations : « Mon objectif n’était pas d’avoir autant d’enfants que possible. J’aime rendre les gens heureux. Je me sens utile », a-t-il confié au site néerlandais AD.

Des explications qui n’ont pas convaincu les spécialistes. « C’est une faille dans le système », a déclaré Jesper Smeenk, gynécologue à l’hôpital Elisabeth Ziekenhuis de Tiburg. Pour éviter que cette situation ne se reproduise, la NVOG et la KLEM réclament un registre central et un durcissement du contrôle des donneurs.

Commentaires