Un expert US met en avant la force du consensus national au...

Un expert US met en avant la force du consensus national au Maroc et sa stabilité socio-économique

271
0
PARTAGER

« Les énormes progrès réalisés au cours des dernières années font du Maroc  une exception dans la région et empêchent de faire le parallèle avec les  situations qui prévalent actuellement dans les autres pays de la région arabe »,  a dit M. Alexander dans un entretien à la MAP, en marge d’une rencontre-débat  organisée mardi par le Potomac Institute sous le thème : »The new Middle East :  Quo Vadis ? » (Le nouveau Moyen Orient : Où vas-tu ?).

L’expert américain a, à cet égard, rejeté l’hypothèse d’un « effet  domino », se disant « optimiste » que le Maroc restera bien à l’abri de ce genre  d’instabilité grâce notamment aux réformes et aux chantiers socio-économiques  lancés dans le Royaume et l’implication effective de la société civile dans  l’ensemble des secteurs d’activité. 

M. Alexander souligne avoir constaté de visu lors d’un récent déplacement  au Maroc les réformes et les chantiers initiés dans le Royaume, se félicitant  dans ce sens du rôle joué par les acteurs de la société civile marocaine dans  la promotion du développement économique et social.

« Je pense que l’implication de la société civile dans ce processus  constitue clairement l’un des avantages qui distinguent le Maroc des autres  pays de la région », a-t-il noté. 

Le professeur Alexander a souligné, par ailleurs, la nécessité de la  résolution de la question du Sahara, qui continue d’empoisonner les relations  entre le Maroc et l’Algérie, afin de permettre l’intégration maghrébine et la  réalisation de la prospérité socio-économique à laquelle aspirent les peuples  du Maghreb.

Il a en outre mis l’accent sur l’urgence de trouver une solution politique  à ce conflit sous l’égide des Nations Unies, mettant en garde que la  perpétuation de ce différend régional risque d’avoir des répercussions  négatives sur la région, aussi bien sur le plan économique que sécuritaire.

M. Yonah Alexander, par ailleurs Directeur du Centre international pour  les études sur le terrorisme relevant du Potomac Institute, avertit à cet égard  qu’Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) ne peut que mettre à son profit la  non-résolution de ce conflit pour s’atteler à mettre en oeuvre ses visées  déstabilisatrices pour la région.

Dans un rapport publié la semaine dernière à Washington, le Potomac  Institute souligne en effet que l’impasse que connait la question du Sahara  crée un environnement propice à la prolifération des activités terroristes  d’Al-Qaida dans le Maghreb Islamique et procure un sanctuaire pour ses  militants.   

« Le conflit du Sahara, qui dure depuis plus de trois décennies crée une  ouverture à la prolifération des activités d’AQMI qui se trouve ainsi en mesure  de recruter des radicaux dans les camps de Tindouf, en Algérie, compliquant  davantage la viabilité d’une solution diplomatique à cette question », soutient  ce centre international dans un rapport intitulé « Les conséquences du  terrorisme : mise à jour des menaces d’Al-Qaeda au Sahel et dans le Maghreb ».

Le document appelle, dans ce contexte, à intensifier la coopération et la  coordination entre les pays de la région, notamment en matière d’échange de  renseignements dans le but de sevrer les lignes de ravitaillement des groupes  terroristes, soulignant que la sécurité et la coopération économique dans la  région du Maghreb et le Sahel seront sans aucun doute améliorées et consolidées  à travers la résolution du conflit du Sahara.

 

_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires