PARTAGER

L’histoire des États-Unis n’aura pas connu un tel massacre ces dernières décennies comme celui que vient de vivre le paradis des joueurs, la ville de Las Vegas, au cours de la nuit de dimanche à lundi, avec un bilan provisoire qui s’aggrave d’heure en heure, s’établissant pour l’instant à 50 morts et plus de 400 blessés. Le tireur fou qui a tiré de sa chambre située au 32èeme étage de son hôtel, sur une foule réunie en dessous de cet établissement pour un concert de country musique semble avoir été pris brusquement dans un accès de folie, selon la première hypothèse, en se servant d’une mitraillette alors que la police découvrira , par la suite, dans sa chambre, un véritable arsenal, ce qui laisse prévoir l’hypothèse d’un acte prémédité relevant également de la psychiatrie. Abattu par la police dans sa chambre alors qu’il continuait à arroser l’assistance de la fenêtre de la chambre d’hôtel qu’il occupait, le tireur fou n’a laissé aucun message et n’avait donné au personnel avant son acte, aucun signe d’inquiétude qui aurait pu laissé prévoir un tel drame, pire encore un carnage hors normes, dépassant l’entendement et tout ce que les pages de faits divers ont l’habitude de relater aux États-Unis.Encore une fois, c’est la vente libre des armes qui est pointée du doigt, mais il ne faudra pas compter sur l président Donald Trump, qui en est un ardent défenseur, pour l’interdire sous son mandat.L’Amérique toute entière est sous le choc et il y a de quoi! :!

Commentaires