Un homme qui a eu 4 enfants avec sa fille, accusé de...

Un homme qui a eu 4 enfants avec sa fille, accusé de viol

1254
0
PARTAGER

Un quinquagénaire du Dunkerquois a été mis en examen pour viol, agressions sexuelles et violences par ascendant. Ce père de famille, boucher de profession, a eu 4 enfants avec sa propre fille.

 

Dans son entourage, tout le monde connaissait la situation. Michel*, habitant du Dunkerquois, salarié d’une boucherie, est en couple avec sa fille depuis une vingtaine d’années. Avec Sabrina, il a eu quatre enfants. Il en donc le père et le grand-père en même temps. Elle est à la fois la mère et la soeur des enfants, comme le révèle La Voix du Nord.

Un couple hors norme mais pas illégal. La loi n’interdit pas les relations incestueuses. Au début de sa relation avec sa fille, dans les années 90, la justice s’est intéressé à Michel. Mais Sabrina, alors mineure (elle a aujourd’hui une trentaine d’années), avait expliqué ne pas avoir fait ce choix sous la contrainte.

Placé en détention provisoire

La situation a duré jusqu’au décès d’un des quatre enfants, une fillette handicapée âgée de deux ans. La famille semble alors avoir éclaté. Sabrina a accusé son père d’agressions sexuelles et violences sur elle-même et sur ses enfants.

Il a été placé en garde à vue la semaine dernière. Vendredi, il a été présenté à un juge d’instruction, qui l’a mis en examen pour viol, agressions sexuelles et violences par ascendant. Il a également été placé en détention provisoire.

L’inceste est-il illégal ?

En France, l’inceste (le rapport sexuel entre deux personnes qui sont parents à un degré où le mariage est interdit), ne constitue pas une infraction spécifique. Si la relation est librement consentie et concerne deux personnes qui ont dépassé l’âge de la majorité sexuelle, fixé à 15 ans en France, elle ne tombe pas sous le coup du code pénal.

Mais dans le droit pénal, l’inceste est pris en compte pour sanctionner et définir certaines infractions sexuelles. À l’exception du viol commis sur un enfant de moins de quinze ans, qui est puni de vingt ans de réclusion criminelle quel qu’en soit l’auteur, les infractions sexuelles sont en général sanctionnées plus sévèrement lorsqu’elles sont commises par « un ascendant, légitime, naturel ou adoptif, ou par toute autre personne ayant autorité sur la victime » :

En Europe, la France fait presque figure d’exception de ce point de vue (avec le Portugal et l’Espagne). Des Sénateurs réflechissent d’ailleurs à inscrire l’inceste dans le code pénal.

Vidéos: www.chohra.com

Commentaires