PARTAGER

Un terrain nu «exonéré» de la taxe sur terrain non bâti (TNB) fait grande polémique à Fès. Révélée à la veille de l’Aïd, l’affaire concerne l’exonération d’imposition de taxes locales de deux parcelles de 390 ha (187 + 200 ha), situées au niveau de la pénétrante sud de la ville. Une décision que le maire PJD, Driss El Azami El Idrissi, aurait prise alors que plus de 500 promoteurs immobiliers de la ville venaient juste de recevoir des demandes de paiement de la TNB de manière « aléatoire, et parfois indue », comme cela a été affirmé par nombre d’entre eux. « Nos comptes bancaires ont été saisis ou gelés par la DGI, ceci alors que nous sommes à jour », disent-ils. Chose que le maire nie en bloc. Selon lui, la TNB est récupérée d’une manière transparente et selon les lois en vigueur. El Azami souligne également que l’exonération de toute taxe est aussi régie par la loi.

Rappelons que la TNB appliquée à Fès est la plus élevée au niveau national (20 DH/m2). Elle est calculée sur les 4 dernières années en multipliant par 4 et 20 (DH), la superficie du lot de terrain. Ainsi, pour les 390ha en question, la mairie aurait renoncé à quelque 312 millions de DH.

Commentaires