PARTAGER
Il s’agit de l’histoire émouvante d’un marocain en situation irrégulière dans la ville de Toulouse qui a été condamné par le tribunal correctionnel de cette ville à trois mois de prison ferme pour avoir volé un fromage de chèvre dans une supérette.
Son affaire a vite fait le tour des réseaux sociaux en créant une chaîne de solidarité pour la sévérité du jugement d’autant plus qu’il s’agit d’un cas humain.
Devant le juge, le jeune marocain, les larmes aux yeux, a expliqué qu’il n’avait pas mangé pendant trois jours avant de commettre le vol dicté par une urgente nécessité et que c’était la première fois qu’il agissait ainsi. Des arguments qui n’ont pas été pris en compte en raison d’un échange de coups avec un vigile au moment de son arrestation et du fait qu’il se trouve en situation irrégulière sur le territoire français qu’il quittera , menottes aux mains, après avoir purgé sa peine dans une prison devant laquelle viennent manifester au quotidien les membres de son comité de soutien et de simples citoyens émus par cette affaire qu’ils considèrent comme une injustice face à la misère d’un homme.
Les journaux de la région ne lâchent pas prise sur leurs colonnes  et continuent de revenir, plusieurs jours après le jugement, sur cette affaire, dans l’espoir que le propriétaire de la supérette retire sa plainte. Mais en vain, car il s’agit d’un vol aggravé.

Commentaires