PARTAGER

Première anicroche dans les relations bilatérales entre la Belgique et le Maroc. En cause, les propos démesurés du secrétaire d’état belge à l’Asile et à la Migration, qui a n’a ni plus ni moins accusé le Maroc de ne pas respecter les droits de l’homme de ses citoyens et des personnes vivant sur son territoire, en le comparant avec facilité et sans retenue à un mauvais élève en la matière, le Soudan, un pas qui ne fallait pas franchir. Pourtant, Théo Francken,, c’est l’identité du responsable belge l’a fait, sans crainte de s’attirer les foudres de Rabat, un pays qui entretient d’excellentes relations avec Bruxelles.

Le ministre belge n’a pas pensé un seul instant que ces propos malheureux et cette comparaison hasardeuse pouvait déclencher une riposte sévère de ce côté de la méditerranée, ce qui il faut le dire en passant, ne s’est pas encore produit pour l’instant, par prudence de la part de la diplomatie marocaine, d’habitude prompte à réagir en pareil cas., à moins que l’affaire ne soit pas jugée grave et que la décision a été prise de passer l’éponge sur des propos probablement sortis de leur contexte. Toujours est-il que l’ambassadeur du Maroc a émis de vives protestations pour ce dérapage sans demander des excuses publiques au ministre belge. Wait and see, dirait les anglo-saxons avec flegme.

Commentaires