PARTAGER

L’état n’en finit pas de faire face à des mouvements de colère contre l’insuffisance des infrastructures. Alors que la situation dans le Rif n’est pas encore réglée, une autre région est en ébullition depuis cet été en raison de la pénurie d’eau potable et les factures élevées d’eau et d’électricité au point que le Roi a consacré une large part du dernier conseil des ministres, le premier depuis son retour de convalescence et au cours duquel il a exigé du chef du gouvernement et de la secrétaire d’état de trouver les solutions les plus urgentes à ce problème contre lequel la population ne cesse de crier son ras le bol.

A la différence de la contestation sociale d’Al Hoceima et ses environs, celle de Zagora qui a atteint son paroxysme en fin de semaine dernière n’a pas de leaders pour lancer les slogans et présente une autre particularité, celle d’être menée par des femmes uniquement qui avaient prévu une marche vers le siège de la province.

Les forces de l’ordre se sont interposés et des arrestations ont eu lieu en dépit du fait qu’il n’y a pas eu d’affrontements comme dans le nord du Maroc. Mais les procédures judiciaires engagées et les procès à venir pourraient faire augmenter la tension et approfondir la crise si le gouvernement ne trouve pas des solutions urgentes. Ce dossier brûlant avait atterri au parlement avant le dernier conseil des ministres et le chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani a promis de nouveaux forages pour augmenter le débit de l’eau et remédier à la crise, mais reste à savoir quand?

Commentaires