Un oléoduc explose au Mexique: 28 morts, 52 blessés

Un oléoduc explose au Mexique: 28 morts, 52 blessés

290
0
PARTAGER

Selon les premières informations, l’explosion aurait eu lieu lorsqu’une bande de délinquants a perforé l’oléoduc pour voler du pétrole afin de le vendre, une pratique courante dans la région.

Le quartier de San Martin Texmelucan où la catastrophe s’est produite offrait quelques heures plus tard un spectacle d’apocalypse, a constaté un photographe de l’AFP. Des dizaines de maisons et de voitures étaient totalement calcinées et les rues étaient recouvertes d’une couche de pétrole brûlé encore fumante.

«Nous déplorons 28 personnes décédées, dont treize mineurs, et 52 blessés, a déclaré lors d’une conférence de presse Laura Gurza, directrice de la protection civile au ministère mexicain de l’Intérieur.

Ce bilan «est provisoire, il pourrait augmenter à mesure que se poursuivent les recherches dans les décombres», a précisé le ministre mexicain de l’Intérieur, Francisco Blake, qui s’est rendu sur les lieux de l’accident.

San Martin Texmelucan, une ville de 135.000 habitants, se trouve dans l’Etat de Puebla, à une centaine de kilomètres de Mexico.

L’explosion, survenue vers 05H30 heure locale (11H30 GMT), alors que les habitants dormaient, a complètement détruit 32 maisons, en a endommagé 83, et des centaines de personnes ont dû être évacuées de la zone, selon les autorités.

Le ministre de l’Intérieur du gouvernement de l’Etat de Puebla, Valentin Meneses, a accusé «une bande de délinquants» d’avoir perforé l’oléoduc de Pemex pour voler du pétrole.

Le flux de pétrole «a échappé à leur contrôle» en raison de la forte pression, a déclaré M. Meneses à la presse. «Les rues ont commencé à être inondées. Il y a eu une étincelle, nous avons vu des ruisseaux de feu dans les rues», a-t-il dit.

M. Blake a indiqué qu’il avait ordonné une enquête pour établir avec certitude les causes de l’explosion afin de «châtier les responsables».

L’Etat de Puebla a connu au cours de l’année écoulée «d’importants problèmes de vol de combustibles», a confirmé au cours de la même conférence de presse Juan José Suarez, directeur de Pemex.

A la mi-journée, l’incendie était contrôlé. Les télévisions ont montré un immense nuage de fumée noire s’élevant du lieu de l’explosion, qui s’est étendu sur des dizaines de kilomètres jusqu’à la ville de Puebla, capitale de l’Etat, à 32 kilomètres de là.

Outre les services de secours et les pompiers, des effectifs de l’armée ont été déployés. Des experts de Pemex sont aussi sur place. Les premiers éléments tendent à montrer que l’explosion a été déclenchée, comme l’a dit le ministre de l’Intérieur, par une perforation pratiquée afin de voler du pétrole.

Selon des témoignages d’habitants, des bandes criminelles actives dans la région de San Martin Texmelucan percent régulièrement les oléoducs pour prélever du pétrole qu’elles vendent ensuite aux conducteurs de camions circulant sur les routes de la région.

Selon les autorités, les vols de combustibles sur les oléoducs de Pemex se sont multipliés au cours des dernières années. Les pertes annuelles liées à ces activités sont estimées à au moins 10 milliards de pesos (800 millions de dollars).

Les télévisions ont aussi montré de nombreuses personnes sortant de leurs domiciles pour se mettre à l’abri après l’explosion. Des centaines de personnes ont été évacuées.

M. Meneses a déclaré que les services d’urgence contrôlaient l’incendie qui a suivi l’explosion, survenue vers 05h30 heure locale (11h30 GMT), alors que les habitants dormaient.

Les services de secours ont indiqué qu’à la suite de l’explosion une vingtaine de voitures avaient été calcinées et que les maisons avaient eu leurs vitres brisées dans un rayon de trois kilomètres.

Outre les services de secours et les pompiers, des effectifs de l’armée ont été déployés. Des experts de Pemex sont aussi sur place. Les premiers éléments montrent que l’explosion a été déclenchée, comme l’a dit le ministre de l’Intérieur, par une perforation pratiquée afin de voler du pétrole.

Selon des témoignages d’habitants, des bandes criminelles actives dans la région de San Martin Texmelucan percent régulièrement les oléoducs pour prélever du pétrole qu’elles vendent ensuite aux conducteurs de camions circulant sur les routes de la région.

Selon les autorités, les vols de combustibles sur les oléoducs de Pemex se sont multipliés au cours des dernières années. Les pertes annuelles liées à ces activités sont estimées à au moins 10 milliards de pesos (800 millions de dollars).

Commentaires