PARTAGER

Un passager d’un avion de ligne est décédé aspiré à 4.000 mètres d’altitude par un trou dans le fuselage causé par l’explosion de ce qui semble être une bombe. Cette dernière aurait explosé environ cinq minutes après le décollage de l’avion à Mogadiscio, en Somalie. Ce vol D3159 de l’Airbus A321 de Daallo Airlines était en route pour la République de Djibouti. CNN croit savoir qu’il s’agit d’une attaque terroriste. 74 passagers étaient à bord de l’appareil.

Des témoins oculaires parlent de la chute depuis l’avion du corps en feu d’un homme âgé. Lors de l’explosion, l’appareil survolait une zone située à environ 25 km de l’aéroport, à 4.000 mètres d’altitude. Il n’avait pas encore atteint sa vitesse de croisière. Le trou constaté dans le fuselage mesure environ deux mètres sur un. La compagnie aérienne fait actuellement état de deux blessés dans l’accident.

Dépressurisation de l’air
Le pilote de l’Airbus, le Serbe Vladimir Vodopivec (64 ans), pense que c’est l’explosion d’une bombe qui a causé de tels dommages. « Heureusement, je suis parvenu à ramener l’appareil au sol à l’aéroport. Je n’ai jamais vécu une chose pareille dans toute ma carrière. Il y avait une dépressurisation de l’air en cabine. Dieu merci, cela s’est bien terminé », résume-t-il encore sous le choc.

Un ambassadeur dans l’avion
L’ambassadeur des Etats-Unis en Somalie, Awale Kullane, faisait également partie des passagers sur ce vol. Sur Facebook, il relate une « forte détonation » et se souvient n’avoir « plus rien pu distinguer durant plusieurs secondes à cause de la fumée ». Il parle aussi d’un « gros morceau » de l’avion qui a soudain disparu. L’ambassadeur a même publié une vidéo des passagers équipés des masques à oxygène après l’explosion.

Corps tombé de l’avion
Mohamed Hassan, policier de Balad, une ville toute proche, explique quant à lui que des habitants ont retrouvé le corps d’un vieil homme. Celui-ci serait la dépouille du passager qui est « tombé du ciel » en feu.

Bilan plus lourd fortuitement évité
La Somalie n’en est pas à ses premiers déboires avec les terroristes. Le groupe al-Shabbaab sévit dans le pays depuis plusieurs années et a déjà perpétré plusieurs attaques mortelles. Il est probable que la bombe placée à bord était censée faire plus de victimes en explosant à plus haute altitude mais que le plan macabre des terroristes a été – bien que partiellement seulement – déjoué par un hasard de plan de vol, l’avion ayant pris du retard.

Traces noires, signe d’explosifs
Vu l’altitude peu élevée de l’appareil, John Goglia, ancien membre de la US National Transportation Safety Board, estime qu’il ne peut s’agir d’un incident technique dû par exemple à la haute pression et la fatigue du métal, comme cela s’est déjà vu. Il estime que la suie noire entourant le trou dans le fuselage atteste de la présence d’une bombe. « Nous ne savons pas encore grand-chose, mais cela semble vraiment être dû à des explosifs », analyse-t-il.

Commentaires