Un pédophile récidiviste au service de l’enseignement privé marocain

Un pédophile récidiviste au service de l’enseignement privé marocain

891
0
PARTAGER

Monsieur Daniel, figure malheureusement connue du domaine de l’enseignement privé pour avoir fondé l’établissement ‘’Les Lavandes ‘’ nous rappelle à nos mauvais souvenirs. Il vient d’écoper de deux années de prison (peu ou pas assez) pour avoir été dénoncé par un clochard pris par hasard dans les filets de police et qui a raconté dans les moindres détails, ses ébats au sein même de l’école, qui désormais ne sent plus la lavande, mais bien du souffre avec des relents d’un grand scandale dans la capitale du royaume. Comment se fait-il qu’un pédophile récidiviste de surcroit continuait à œuvrer au service de l’éducation de nos enfants ?

Retour sur images

Il était une fois une institution pédagogique basée à Rabat qui portait la douce appellation ‘’Les Lavandes’’. Modèle du genre par la bienséance et le côté paternaliste de son directeur-fondateur M. Daniel qui y logeant en compagnie sa grand-mère et avec l’agréable et épisodique fréquentation d’une certaine Melle. B…., qu’il torturait et qui avait fini par devenir son esclave, l’esclave de tous ses fantasmes et de ses délires les plus fous. Pire, elle lui servait de faire-valoir pédagogique et de vitrine pour les convenances devant les parents d’élèves. Mais un jour arriva ce qui devait arriver. Pris sur dénonciation par les enfants des rues qu’il agressait et exploitait honteusement, ce directeur d’écoles passe rapidement aux aveux et étale devant la brigade de la gendarmerie de Témara tous ses forfaits, photos, vidéos et gadgets à l’appui. L’affaire ne s’arrête pas en si bon chemin. Condamné à 10 ans de prison, désemparée dans la salle du tribunal de 1ère instance de Rabat, les yeux hagards cherchant dans l’assistance des visages compatissants, il poussera l’outrecuidance jusqu’à demander la clémence des parents d’élèves constitués en partie civile.

Rien n’y fera, la justice restera intraitable face à un groupe d’avocats payés rubis sur ongle. Par qui ? L’histoire le dira aussitôt. Le père d’un enfant pour des raisons bassement matérielles, se portera au secours d’un aussi ignoble individu pour défendre l’indéfendable. Mieux que cela, et ceci explique cela, il prendra la gérance de l’école autour d’un groupe de parents aussi irresponsables que stupides.

Aujourd’hui, leurs enfants ne seraient pas fiers d’eux pour avoir été si légers dans leu réaction et si aveugles devant l’innommable.

Jusqu’au peut aller la bassesse de certains parents, qui pour des questions de confort, ont préféré absoudre de tels crimes et les cautionner. Pire encore, devant de tels dépassements comment qualifier la position de la tutelle qui aurait dû retirer la licence à un établissement dont le directeur est sorti par la grande porte pour rentrer vicieusement par la fenêtre. Car c’est encore une fois, là où le bât blesse, parce que c’est dans l’enceinte même d’un établissement d’enseignement privé que d’autres forfaits similaires ont été commis à l’insu  des parents d’élèves au meilleur inconscients et au pire irresponsables

Commentaires