PARTAGER

S’il est une voix qui compte en Algérie, c’est bien celle de Amar Saadani, le président du FLN, le Front de Libération Nationale, le parti au pouvoir, qui est considéré comme une personnalité très proche et très écouté par le président Abdelaziz Bouteflika.

Cette personnalité de premier rang a pris tout le monde de court en faisant des déclarations surprenantes et codées sur la question du Sahara et des relations avec le Maroc, ce qui, selon les observateurs, n’est autre qu’un ballon d’essai lancé à la classe politique algérienne pour la sonder sur une nouvelle approche concernant le Sahara.

Qu’a dit le numéro 1 du FLN au cours de son interview accordée à la chaîne de télévision « Annahar » ? Tout simplement qu’ il avait en sa possession des informations confidentielles sur le conflit du Sahara et que s’il les révélait, tous les algériens sortiraient dans la rue, ceci d’une part. D’autre part , il a affirmé qu’il était grand temps que l’Algérie révise sa position sur ce conflit.

L’allusion est claire et elle a vite été décryptée par les observateurs à Alger: Amar Saadani voulait parler du budget phénoménal que consacre l’Algérie au Polisario, une charge qu’elle n’est plus en mesure d’assumer en période de grande crise financière au détriment des besoins de base des algériens.

L’argent étant de plus en plus rare et les caisses vides, il n’est plus permis à l’état algérien de continuer à financer le Polisario en pure perte avec des dommages au niveau diplomatique.

Coupé du reste du monde par son entourage, le président Bouteflka finira-t-il par entendre le message ?

Par Jalil Nouri

Commentaires