PARTAGER

Le premier ministre Abdelilah Benkirane, tout stimulé par les
excellents résultats de son parti aux dernières élections régionales
et communales, ne pourra guère faire l’économie d’un troisième
remaniement de son gouvernement à une année de la fin de son mandat.
Le règlement qu’il a lui-même agréé, lui impose en effet un article
auquel il ne pourra échapper.

En effet, le texte entourant les élections régionales et l’organisation
des présidences de région, stipule en effet que les présidents des régions
à venir, ne sont pas autorisés à cumuler cette fonction avec d’autres
y compris celle de ministre.

Or, il est quasiment acquis que le chef du gouvernement aura des membres
de son équipe et de son parti qui seront élus en plusieurs régions à l’image
de Abdelaziz Omari, le ministre en charge des relations avec le parlement
ainsi que d’autres.

Dans le cadre du dernier remaniement il y a quelques mois qui avait vu
le remplacement de quatre ministres, Abdelilah Benkirane avait prévu
cette éventualité tout comme il avait anticipé une percée respectable
de son partie et ses cadors.

Il est à parier que les candidats aux postes ministériels à pourvoir
ne se bousculeront pas aux portillons comme à l’accoutumée pour assumer
cette fonction durant un an seulement avant de rendre les clés
et se passer des privilèges qui vont avec..

Commentaires