Un remède au cancer découvert par des chercheurs anglais ?

Un remède au cancer découvert par des chercheurs anglais ?

1086
0
PARTAGER

Des chercheurs britanniques affirment avoir découvert un moyen d’éradiquer toutes les cellules cancéreuses d’un patient. 

Les scientifiques à l’origine de la découverte parlent d’une avancée majeure dans la lutte contre le cancer. Ils disent avoir découvert le « talon d’Achille » du cancer, une découverte qui pourrait permettre de cibler toutes les cellules cancéreuses d’un patient, et les détruire.

Le traitement du cancer par immunothérapie était une arme puissante, mais qui n’était pas suffisamment précise. Cela pouvait engendrer des « dommages collatéraux ». Dans une étude publiée dans la revue scientifique Science, des chercheurs britanniques disent avoir découvert un moyen de cibler de manière beaucoup plus précise les cellules cancéreuses d’un patient.

Comment reconnaît-on une cellule cancéreuse ?
Les cellules de l’organisme présentent à leur surface un échantillon des protéines qu’elles produisent. Ces protéines en surface des cellules sont appelés antigènes. Ils agissent comme des marqueurs que l’organisme peut reconnaître, afin de différencier les cellules qui appartiennent à l’organisme et les virus par exemple.

Lorsqu’une cellule devient cancéreuse, elle n’a plus les mêmes antigènes à sa surface. Les lymphocytes T, des cellules du système immunitaire, le système de défense du corps humain, ciblent alors cette cellule différente pour la détruire.

Mais quelque fois, le corps ne parvient pas à détecter ces cellules, et le cancer se développe sans être stoppé par le système immunitaire.

Qu’est-ce que change cette découverte ?
Les cellules cancéreuses, au fur et à mesure du développement d’une tumeur, se différencient. Il y a des variations d’ADN qui font que les antigènes présents sur les cellules ne sont plus identiques.

Il est alors difficile pour le système immunitaire de détecter et de détruire toutes les cellules cancéreuses.

Les chercheurs, en analysant les données de 200 patients atteints de cancer du poumon, sont parvenus à découvrir des antigènes partagés par toutes les cellules cancéreuses d’un patient (anglais).

Le docteur Sergio Quezada, co-auteur de l’étude, explique :

« Le système immunitaire du corps agit comme la police essayant de lutter contre les criminels. Les tumeurs différentes génétiquement sont comme une bande de voyous impliqués dans différents crimes – du vol à la contrebande. Et le système immunitaire peine à suivre – tout comme il est difficile pour la police de combattre tellement de choses à la fois. Notre recherche montre qu’au lieu de courir au hasard dans différents quartiers pour arrêter les criminels, nous pouvons donner à la police les informations dont ils ont besoin pour se rendre à la tête du réseau de tout le crime organisé. Pour les patients, cela revient à trouver le point faible dans la tumeur pour effacer le problème pour de bon. »
L’idée est donc de cibler le point commun à toutes les cellules cancéreuses, et ainsi pouvoir toutes les détruites à l’aide des lymphocytes T du système immunitaire.

Qu’implique le traitement personnalisé ?
Mais le problème est que les antigènes des cellules cancéreuses sont propres à chaque patient. Pour que le traitement soit efficace, il faut donc qu’il soit personnalisé pour chaque malade.

Et ce type de traitement personnalisé sera long et cher, selon James Gallagher, journaliste spécialiste des questions de santé pour le site de la BBC :

« Cette étude […] favorise la compréhension de la façon dont le système immunitaire et le cancer interagissent. Mais aucun patient n’a été traité avec cette méthode pour le moment. Il n’y a même pas eu d’études animales. Donc, il y a un risque réel qu’elle ne fonctionne pas. Et même si ce traitement fonctionne, c’est une approche extrêmement coûteuse qui aura besoin d’être personnalisée pour chaque patient dans un processus qui prend plus d’un an, du début à la fin. »

Source: sudouest.fr

Explications en vidéo du centre de recherche britannique contre le cancer (en anglais)

Commentaires