PARTAGER
De manière tout à fait inattendue, la Cour des Comptes vient de livrer un rapport sans concessions et accablant sur l’état et la marche des abattoirs et d’autres données sur le commerce des viandes rouges. De quoi faire renoncer plus d’un marocain à en consommer en attendant une mise à niveau. Un chiffre choc pour entamer le résumé de ce rapport, près de 45% des viandes commercialisées ne sortent pas des abattoirs et ne répondent pas ou peu aux conditions d’hygiène élémentaires. Les défaillances en matière d’entretien et de gestion des abattoirs sont générales et un centre aussi important que celui de la ville de Casablanca n’offre pas les garanties nécessaires pour la commercialisation d’un produit fiable.
Chaîne du froid, canalisations, règles de respect de l’environnement et contrats de tous types avec les différents intervenants, la liste des des constats et récriminations des magistrats de la Cour des Comptes ressemble à un inventaire à la Prévert qui pourrait donner le vertige aux consommateurs si une visite guidée à l’improviste leur était organisée sur des lieux d’abattage dont le moindre souci des gestionnaires défaillants et incompétents est la santé des citoyens. Le comble est qu’ aucun abattoir ne dispose de dossiers médicaux sur le suivi des employés en contact avec les viandes, pourtant indispensables pour rester en conformité avec la loi. Qui sauvera les marocains après un tel constat repoussant?   .

Commentaires