PARTAGER

Pour chercher des conjoints, il n’y a pas mieux que la fonction publique. Cette boutade lancée par un député au parlement lui a été inspirée par les données contenues dans le projet de loi de finances de l’année 2016 actuellement à l’examen à la première chambre. C’est une révélation de taille qui en surpris plus d’un en l’apprenant, mais ce n’est pas tout, car la surprise allait être encore plus grande en découvrant que le ministère qui compte le plus de fonctionnaires célibataires est, coïncidence peu ordinaire, celui des Habous et des Affaires Islamiques qui encourage le mariage comme devoir de tout musulman et toute musulmane tel que le recommande le Coran.

Pour ce qui concerne les raisons qui font qu’une telle concentration de célibataires se trouve dans ce département en particulier et la fonction publique en général, les intéresses pourront rétorquer d’emblée que les barèmes insuffisants de rémunération suivis par l’administration sont la cause essentielle des réticences des fonctionnaires à fonder un foyer sachant qu’ils ne pourront pas être en mesure d’en assumer les dépenses avec un renchérissement constant du coût de la vie et la stagnation des salaires. Le gouvernement Benkirane qui n’a consenti qu’une maigre augmentation des salaires depuis son arrivée, n’a pas été sensible à cet argument et à la situation de cette catégorie de ses agents puisque dans cette même loi de finances présentée au parlement, il ne prévoit aucune révision à la hausse des salaires, célibataires ou non.

Commentaires