PARTAGER
Alors qu’il n’a pas encore débuté,le festival Tanjazz de Tanger qui en est à sa 18 ème édition cette année a crée une grande polémique au sein de la ville et parmi les milieux pro-palestiniens à travers le pays, pour avoir inscrit dans son programme, la participation d’une chanteuse israélienne qui a porté l’uniforme militaire de son pays et qui n’a jamais condamné la politique colonialiste et inhumaine de l’état hébreu à l’égard des palestiniens.
La ville du détroit est en ébullition dans la perspective du week-end prochain, avec la possibilité de manifestations et de rassemblements. Pour se laver des accusations portées contre eux, les organisateurs ont affirmé que la chanteuse israélienne Noam Vazana venait au festival pour interpréter en duo avec l’interprète palestinienne, Tema, des chansons en faveur de la paix, mais les militants pro-palestiniens marocains ne l’entendent pas de cette oreille et demandent purement et simplement l’annulation de ce concert qui pourrait gâcher la tenue de tout le festival et compromettre son avenir dans la mesure où le conseil de la ville est dirigé par des islamistes qui avaient subi les foudres des marocains quand le Forum Medays avait prévu d’inviter des responsables israéliens, l’obligeant à faire marche arrière par la suite. Le festival Tanjazz n’échappera pas aux mêmes pressions.
Mounia Benjelloun

Commentaires