PARTAGER
C’est une affaire rocambolesque et à peine croyable qui vient de s’achever devant le tribunal de Rabat, par l’arrestation d’une femme d’un certain age qui a fait chanter personnellement le porte-parole du Palais Royal et historiographe du royaume, Abdelhak Lamrini. Ancienne assistante d’une princesse au sein d’une association, la dame sans scrupule et effrontée s’était arrangée pour trouver le numéro de téléphone de sa victime et était allée jusqu’à imiter la manière de donner des ordres et d’élever le ton devant son interlocuteur tout en utilisant un accent qui aurait induit Lamrini en erreur et fait croire, avec de nombreuses réticences, qu’il s’agissait effectivement d’une membre de la famille royale mais avec de nombreux points d’interrogation. Car comment expliquer que l’interlocutrice déterminée avec ses rappels incessants, l’ait choisi, lui, pour demander, au profit de personnes sans qualifications, pour exiger des interventions pour les placer dans des établissements publics, dans l’armée et la sûreté nationale.
Le manège a duré plusieurs jours avant que les enquêteurs n’interviennent pour remonter la piste et arrêter l’incroyable auteure de ce chantage qui, au moment de son arrestation, a gardé son air hautain face au procureur du roi, poursuivant son numéro,comme si de rien n’était.
Tout s’est arrêté dans sa cellule de la prison de Salé. Elle risque très gros pour avoir agi ainsi.

Commentaires